Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 23 Sep 2018 23:25

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 18 Juil 2010 20:32 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
rene a écrit:
Oui mais grace au revenus de ma femme sinon,je ne serais pas chef ménage,et je n'aurais que +/- 1200€ pour le couple!
Taxe imnondice:100€an,taxe télévision 100€an,électricite/gaz:200€mois!tva à 21%,adsl+téléphone:40€mois tva à 21%notre loyer 340€mois(logement social)En fait,la tva est presque généralisée à 21%,avant nous avions une voiture ce qui nous pernettais de nous rendres chez Auchan,pour y faire nos courses mais le l'ai revendue pour acheter une Aixam :cry: vitesse décoifante à +/- 60Km/H :evil: Adieux Auchan!

oui je comprend sa va vite les compte faite et pour le logement vous avez des aides???
par ex: pour les perssonnes qui sont a revenus faibles( "ton revenu en belgique n'est pas considerer comme faible en france ")içi un logement coute 375 e la caf versse une aide apl est donc on paye 91,20 par mois pour se logement
avec ton revenue içi tu n'aurais pas de cette aide non plus

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 18 Juil 2010 20:48 

Inscription: 16 Juil 2010 20:50
Messages: 49
Localisation: ougree(belgique)
Nous n'avons pas de ristourne pour le loyer!Mais je reste persuadé que les "avantages" si ont peux dire ca ainsi :cry: en France sont plus avantageuses pour les Francais bien entendu,mais en ce qui nous concernes je ne sais même pas si je me domicilierais en France si je continuerais à percevoir les indemnités.De toute facon,au train ou ca va,la Belgique va peut ètre disparaitre,et beaucoups de gens ici,y compris un parti Rassemblement Walonnie/France serait favorable à un ratachement à la France,mais ca c'est une autre histoire........Belge :D Pour les médocs par exemple nous accusons un retard de 2 ans sur les médocs déjà distribués en France! bravo


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 18 Juil 2010 20:57 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
rene a écrit:
Nous n'avons pas de ristourne pour le loyer!Mais je reste persuadé que les "avantages" si ont peux dire ca ainsi :cry: en France sont plus avantageuses pour les Francais bien entendu,mais en ce qui nous concernes je ne sais même pas si je me domicilierais en France si je continuerais à percevoir les indemnités.De toute facon,au train ou ca va,la Belgique va peut ètre disparaitre,et beaucoups de gens ici,y compris un parti Rassemblement Walonnie/France serait favorable à un ratachement à la France,mais ca c'est une autre histoire........Belge :D Pour les médocs par exemple nous accusons un retard de 2 ans sur les médocs déjà distribués en France! bravo

oui domage se qui se passe politiquement en Belgique mais la France Sarkosyste si tu prend des nouvelles laisse tomber ,pour les medicaments a se point le retard???? je imagine au Portugal ,il faut que je contacte un ami là bas pour me rensseigner coment sa se passe au portugal concernant les traitement lui qui as veicu en suisse je imagine que sa la du changer ,car là bas c'est le moyen age niveau hopitals et tout se qui va avec

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 18 Juil 2010 21:23 

Inscription: 16 Juil 2010 20:50
Messages: 49
Localisation: ougree(belgique)
Bonne fin de soirée à toutes :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 18 Juil 2010 21:40 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
rene a écrit:
Bonne fin de soirée à toutes :D

merci a toi aussi

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 19 Juil 2010 07:41 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
LA HAVANE, Cuba, Juillet 14 (Mario José Delgado González, LGBT-Cuba-NOUVELLES-AUJOURD'HUI / www.cubanet.org) -16 / sida patients atteints du VIH s'est plaint le mercredi 7 Juillet au Département de nutrition Centre provincial de prévention des maladies sexuellement transmissibles et le VIH / SIDA, Ciudad de La Habana, parce qu'ils ont cessé de recevoir des mois pour régime alimentaire spécial, offert par le Fonds mondial, un programme appartenant à l'ONUSIDA.

http://www.cubanet.org/CNews/y2010/juli ... 4_N_8.html

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 19 Juil 2010 14:53 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Des milliers de personnes seront à Vienne cette semaine pour la 18e Conférence internationale sur le sida. Le thème est celui des droits de l'homme, et l'accent sera mis sur l'Europe orientale. C'est tout à fait approprié, car les politiques en mauvaise santé et en cours violations des droits humains continuent d'alimenter une épidémie de VIH / SIDA à travers des milliers de miles, de Vladivostok à Lviv en Ukraine.

Chaque année pendant les 20 dernières années, le VIH a fait des milliers de vies dans les pays de l'ex-Union soviétique, largement diffusée par l'injection de drogues.

La plupart de ces décès auraient pu être évités: l'échange de seringues et les programmes de méthadone ont considérablement réduit la transmission dans le reste du monde. Mais dans la plupart des pays de cette région la preuve accablante que ces approches de travail a été largement ignoré, avec des conséquences dévastatrices. La région abrite aujourd'hui la pire épidémie de VIH en dehors de l'Afrique subsaharienne et de certains des plus rapide aux épidémies croissantes dans le monde.

http://www.hrw.org/node/91764

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 27 Juil 2010 18:30 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Act Up alerte sur des ruptures d'approvisionnement d'antirétroviraux dans les pharmacies

Depuis le début du mois de juillet, les personnes vivant avec le VIH sont confrontées à des ruptures de stocks de médicaments antirétroviraux. Selon Act Up, ces ruptures dont la fréquence augmente depuis deux ans s’accroissent pendant l’été et ont semble-t-il été amplifiées par une grève des personnels de GlaxoSmithKline (GSK).
Alerté par Act Up avant le départ de Roselyne Bachelot-Narquin pour la conférence mondiale de lutte contre le VIH/sida, le cabinet de la ministre s’est assuré de faire parvenir à l'association un mail rassurant du vice-président chargé des affaires économiques et gouvernementale de GSK-France et un autre de la directrice adjointe de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

http://v2.e-llico.com/article.htm?rubri ... leID=22349

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 27 Juil 2010 18:31 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Vaccin contre le sida : un virologue américain optimiste

Après vingt ans d'échecs, la quête pour un vaccin anti-sida efficace connaît des avancées importantes qui "rend beaucoup plus confiant" de pouvoir vaincre l'infection, juge Anthony Fauci, patron de l'Institut américain des maladies infectieuses, dans un entretien avec l'AFP.
"Je pense que nous pouvons dire honnêtement que des progrès significatifs ont été faits dans le développement d'un vaccin", déclare-t-il, citant la récente découverte de deux puissants anticorps par des chercheurs de son institut, l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), à la pointe du combat contre le sida.

Jusqu'à récemment, non seulement les efforts pour produire un vaccin ont été infructueux, mais "nous n'avions pas le moindre indice qui montrait que nous étions sur la bonne voie", poursuit-il.

"Nous avancions quasiment en aveugle, en espérant être chanceux", avoue cet infectiologue qui participera la semaine prochaine à la 18ème conférence internationale sur le sida à Vienne.

http://v2.e-llico.com/article.htm?rubri ... leID=22285

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 27 Juil 2010 18:47 

Inscription: 21 Avr 2010 22:23
Messages: 638
:shock: ça c'est une super nouvelle, alors! bravo

Célia :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 27 Juil 2010 19:01 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Desperate a écrit:
:shock: ça c'est une super nouvelle, alors! bravo

Célia :wink:


oui je trouve aussi, et il est plus que temps :wink:

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 21 Sep 2010 10:42 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Etre un couple séropositif au Lesotho

J'ai visité aujourd'hui l'hôpital du district de Berea dans lequel a été mis en place la campagne de prévention contre la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Sur place, les femmes enceintes qui ne savent pas encore si elles sont séropositives ou non viennent sur les conseils de leurs voisins, d'amis ou de membres de leur famille pour en apprendre plus sur le virus.

Lundi matin, comme chaque mois, elles peuvent venir et se faire tester. Les résultats arrivent une semaine plus tard.

http://lesotho.20minutes-blogs.fr/archi ... fants.html

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 30 Nov 2010 22:38 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Image

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 20 Jan 2011 16:57 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
En dépit de politiques de l'Etat et les différents plans d'éducation, de soins et de soutien mis en œuvre par des ONG pour la prévention et aux soins du VIH / sida au Venezuela, au moins 5 personnes meurent chaque jour victimes de la maladie, qui porte le total 1.825 par an.

Cette information correspond aux données obtenues à partir des dossiers de la Risquez pédiatre et épidémiologiste vénézuélien Alejandro, un membre du ministère de médecine sociale et préventive, Faculté de Médecine, Université centrale du Venezuela, "Luis Razetti."
Selon le ministère national du sida Programme de la Santé (MOH), le gouvernement distribue gratuitement un traitement antirétroviral à environ 35 000 personnes.

Toutefois, il est estimé qu'environ 151 000 personnes sont infectées dans le pays.

Que dans l'Etat de Nueva Esparta 1.532 personnes ont été diagnostiquées avec le VIH entre 1985 et 2010. Dont 93 sont des enfants et adolescents âgés de 0 à 20 ans.

Au total, 494 cas étaient des femmes, tandis que 1.039 hommes. Comme 332 membres de la communauté lesbienne, gay, bisexuels et transgenres (LGBT).

De même, on a appris sur un total de 360 décès dans l'état, à cause du SIDA.

Analyse des données sur les patients atteints du VIH, il a été déterminé qu'un nombre important de «populations vulnérables» à l'infection, qui doit être contrôlé et a répondu avec plus de force pour empêcher la propagation du mal (femmes, enfants, adolescents les travailleurs du sexe, les handicapés, les utilisateurs de drogues LGBT, et ceux qui travaillent dans l'économie informelle, entre autres.

FACTEURS EXTERNESActuellement, il ya des facteurs externes qui contrôle est également essentiel dans le processus de l'éducation, de prévention et de lutte contre le sida. Produit de fortes précipitations dans le pays fin 2010, de nombreuses communautés ont été expulsés de leurs maisons et déplacé vers des abris temporaires comme une mesure d'urgence.

Cependant, bien que les conditions d'urgence forcée, de nombreux refuges n'ont pas les capacités minimales nécessaires pour rester à ceux qui souffrent d'une pathologie immunitaire.

Un patient souffrant d'un taux d'infection du sida, la vie exige un scénario approprié pour éviter de contracter d'autres maladies qui attaquent d'autres organes et systèmes du corps humain, à la suite de la maladie primaire, qui peut également l'ensemble des complications majeures et même générer des la mort, le VIH Stop a affirmé l'ONG.

L'éducation et de la non-discrimination à but non lucratif est important de noter, en plus des soins et la fourniture de médicaments aux patients qui ont déjà la maladie, le gouvernement vénézuélien, les ONG et la société dans son ensemble devrait accorder une attention particulière aux plans d'éducation et de prévention à différents groupes sociaux.
Selon ce que le président de l'Organisation StopVIH, Jhonny Rodríguez, «les populations vulnérables au VIH / sida et la discrimination sont la principale justification de chacun des programmes de soins et de prévention qui ont été exécutées les ONG StopVIH."

En célébrant son troisième anniversaire, hier, a un des ateliers de formation fiers sur le VIH / sida et les droits de l'homme, parle dans les pensionnats pour les enfants en détention et en vertu des mesures de protection dans les écoles publiques, les conseils, les saisons d'exploitation de prévention élevé (Carnaval et Pâques), la réalisation et la présentation de la première vidéo institutionnelle pour empêcher le virus et la canalisation de 148 plaintes de violation des droits de l'homme, qu'en 2010.
http://www.talcualdigital.com/Avances/V ... 5&secid=10

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 02 Fév 2011 16:56 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Je suis plutôt d’un tempérament optimiste et enthousiaste, à voir le verre à moitié plein. Humaniste à tendance candide. Quand on me demande mes points forts en entretien d’embauche, ça sort invariablement dans le tiercé gagnant: je suis positif. Aussi quand mon médecin m’a appelé en juin dernier pour me donner les résultats de mon test VIH, j’ai failli lâcher un petit rire nerveux. — Vous êtes positif.



N

on, en fait ça m’a pas fait marrer, pas du tout. C’était dans le couloir de la mort, celui de la photocopieuse, en retrait de l’open space et de ses oreilles indiscrètes, celui-là même où j’apprenais quelques mois plus tôt le décès d’un proche.

— Vous êtes positif au test Elisa, mais pas au Western Blot. J’ai demandé au labo de refaire les tests, je ne peux pas être certaine à 100% si les deux tests ne sont pas positifs ensemble.

Mes jambes se sont dérobées sous moi. Pour moi le verdict était sans appel et les symptômes ne trompaient pas: je n’avais pas eu de fièvre aussi forte depuis la rubéole… Et cette migraine lancinante trois jours durant: une insolation attrapée sur une plage des Côtes d’Armor début mai ? Je ne suis pas Breton, mais quand même… La gingivite, l’angine, tous ces signes avant coureurs ajoutaient à mon angoisse.



Quatre jours ont passé avant d’obtenir les résultats définitifs. Et trois nuits sans sommeil, d’angoisse de mort, mais aussi d’espoir, de déni. Mille questions dont les réponses en suscitent mille autres, des heures à glaner des infos dans des tas de sites Internet. Tout se bouscule, tout se mélange. Je ne mets qu’une personne dans la confidence, persuadé d’être un paria et que je dois — à nouveau — rester dans le placard. Je lis tout et surtout n’importe quoi, et passe en un clic de souris du réconfort (« le sida devient une maladie chronique comme le diabète, et encore c’est moins contraignant car les diabétiques doivent se faire des injections sous-cutanées, là où les séropositifs avalent juste des cachets » - paye ton raccourci !) à l’accablement en lisant des papiers pas forcément datés mais dont je finis par comprendre qu’ils remontent aux années 90, avec leur cohorte de chiffres morbides.



Et puis je rencontre l’infectiologue à l’hôpital qui passe beaucoup de temps à m’écouter et à répondre à mes questions. La contamination est si récente qu’on peut la dater à une semaine près. Il me propose de participer à l’essai ANRS Optiprim. J’ai quelques semaines pour y réfléchir, guère plus, les patients inclus dans cet essai devant être en primo infection ou infection récente. Je relègue pour un temps Internet et ses approximations pour prendre plusieurs avis de médecins et associations de lutte contre le sida. Je suis touché par la qualité de l’écoute et des réponses qui me sont données et la disponibilité de ces interlocuteurs.

Pendant trois semaines j’essaie de compulser le maximum d’informations sur le VIH, les traitements, et sur ces fameux programmes de recherche.
En plus du tsunami psychique, je dois prendre la lourde décision de commencer le traitement ou pas, et, si je le commence, de participer à ce programme de recherche ou pas. Je ne suis pas médecin, pourtant j’ai l’embarras du choix ! On ne m’impose rien, je mets tout en doute et en balance. Jusqu’à la bonne foi de mon infectiologue malgré son humanité patente. Hier la polémique autour de la vaccination contre H1N1 et aujourd’hui le scandale du Médiator continuent à légitimer la méfiance envers le système de santé. Malgré tout, je connais ma « chance » qu’en 2010 il existe des traitements, même sans être la panacée, que je puisse y avoir accès, gratuitement, ainsi qu’à une information correcte.



L’été passe, de deuils, de larmes, de déprime, d’abstinence, de repli sur soi et sur les quelques proches mis dans la confidence. Ma relation du moment fait les frais de la chape de plomb qui me tétanise dès que mon corps toxique s’approche trop du sien. Je veux évacuer très vite les sentiments de honte liée au fort tabou social qui pèse sur le sida, et ceux d’échec face à la prévention, face à ma prévention: je suis d’abord et avant tout un malade, victime, fragilisé, et je défie quiconque de me juger. Néanmoins, la honte est quand même là car je persiste à ne pas vouloir en parler à certains membres de ma famille, et à témoigner ici anonymement.



Peu à peu je remonte la pente, obtiens des réponses à mes questions d’ordre médical. Début novembre, suivant les préconisations de mon spécialiste, je commence la trithérapie (Celsentri/Truvada). Trois pilules par jour en une prise. J’essaie de dédiaboliser les idées préconçues sur les effets secondaires des médicaments, à plus ou moins long terme, même si tout récemment j’apprends que le Celsentri fait partie de la liste des 59 médicaments placés « sous surveillance » par l’AFSSAPS. Les autres médicaments ne seraient-ils donc pas surveillés ? Ça me rassure alors, si celui là, que je gobe tous les soirs, l’est... Peut-être qu’il est surveillé sur moi à mon insu…

La vie reprend ses droits, on s’habitue à tout. Peu à peu je m’aperçois des similitudes entre l’acceptation de mon homosexualité et celle de ma séropositivité. Un jeu de vases communicants d’une minorité à l’autre. Le chemin parcouru pour vivre et dire ma différence sexuelle m’aide beaucoup à vivre ma différence sérologique. À la dire à tous un jour, sans doute, aussi ?

Au bout de trois semaines à peine d‘un traitement que je supporte très bien, ma charge virale est indétectable. Le rythme des prises est digne des petits vieux, le soir invariablement au moment du repas — je me cachetonne parfois à l’écart de mes convives.

Soulagé de me savoir moins contaminant, je recommence à avoir une vie sexuelle digne de ce nom.





Ceci n’est pas une pipe



Je ris toujours quand on me dit « Tu périras par où tu as pêché ». Intimement, je crois que c’est ce qui m’arrivera tôt ou tard. Je trouve cette phrase tellement absurde et irrésistiblement drôle. Dans l’étendue des questionnements suscités par l’annonce de ma séropositivité, j’ai voulu mener l’enquête: qui, quand, comment ? Mon infectiologue m’avait affirmé que la contamination pouvait être conscrite à une semaine près. Dans ce laps de temps, deux partenaires, voire un troisième en dehors de la période de contamination, et des relations — a priori — SSR. Tous informés, l’un est séropositif, les deux autres se font dépister, les tests sont négatifs.



Sauf qu’avec ce garçon, dont je connaissais la séropositivité avant de coucher avec, il n’y a pas eu pénétration, seulement des rapports bucco-génitaux. Consternation. J’ai chopé le virus du sida en faisant une pipe. Il mouillait pas mal, n’était pas sous traitement antirétroviral, avec une charge virale probablement élevée.
Il n’y a pas une façon meilleure ou pire d’être contaminé. Je m’en veux parfois de ma méconnaissance passée des modes de transmission du VIH. À l’époque je ne savais pas que le liquide pré-séminal peut être presque aussi contaminant que le sperme. Je ne savais pas non plus ce qu’était une « charge virale indétectable ». J’en ai voulu à ce mec qui, même s’il m’avait informé de son statut sérologique, de ne pas savoir tout ça, ou de ne pas vouloir le savoir, ou de l’occulter, ou de ne pas avoir commencé la trithérapie, pour se soigner et protéger les autres… J’aurais aimé qu’il soit plus responsable. Moi-même, séropositif à mon tour, je n’ai pas franchement envie d’être le porte drapeau de la prévention, à réciter mes fiches sida à qui veut les entendre avec mon Vidal sous le bras.



J’ai toujours été nul en stats, mais je ne peux pas m’empêcher de faire des calculs, aussi inutiles qu’approximatifs. J’ai lu que 5 à 8% des contaminations sexuelles auraient lieu lors de fellations. Il semble difficile pour les scientifiques de donner un ratio exact. Quand bien même, je n’ai pas le sentiment que l’accent soit mis là-dessus dans les campagnes de prévention. À peine est-ce évoqué. Le risque est réel, et pourtant on le minimise. À mes yeux, la communication sur les risques liés à la fellation semble plutôt laxiste pour mieux faire accepter le préservatif lors des pénétrations. Je n’ai jamais sucé avec une capote. Qui le fait ?

Nous prenons tous des risques en permanence que nous assumons sans parfois même y penser. C’est trivial de le dire, mais sucer est risqué. J’en ai fait l’amère expérience.



En dehors des proches que j’ai mis au courant et dont le soutien a été total, je me suis heurté à quelques rares réflexions maladroites et humiliantes, comme celle de mon dentiste qui m’a demandé de lui expliquer comment j’avais « attrapé ça ». Devoir me justifier a été terrible, je n’ai pas su esquiver sur le moment. Mon médecin traitant m’a intimé d’utiliser systématiquement le préservatif désormais, hein gamin !? La bonne blague.

Dans la longue liste des idées préconçues, avant de juger un séropo et de lui prêter de prétendues pratiques sexuelles bareback, merci de lui accorder le bénéfice du doute.
Aujourd’hui, je m’aperçois qu’à chaque fois que j’en parle à une nouvelle personne, j’anticipe la question du « comment » et m’en explique. Un jour je cesserai de me justifier. De douter de moi et des autres. Il me reste encore du chemin.

http://www.minorites.org/index.php/2-la ... -pipe.html

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: temoignages
Message non luPosté: 08 Sep 2011 15:10 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Sep 2009 21:05
Messages: 28779
Localisation: citoyenne du monde
Condamnés à mort par mensonge d'Etat
07/09/2011

Nous sommes en France. En 2011. La chasse aux étrangers malades est ouverte. Boris, Natasha, Denise, Françoise* et les autres personnes séropositives qui bénéficiaient d'un titre de séjour pour raison médicale sont aujourd'hui menacés d'expulsion. L'Etat a menti. Les promesses de nos politiques ont finalement peu de valeur. Ils ne nous laissent pas d’autre choix que la résistance.

Jusqu’à présent, le titre de séjour pour raison médicale, ou titre de séjour pour soins, était délivré aux étrangers malades qui ne peuvent bénéficier d’une prise en charge correcte dans leur pays d’origine. Il leur permettait de rester légalement sur le territoire français, de se soigner, de travailler et de vivre. Aujourd’hui, les priorités ont changé. Malgré une bataille acharnée, les titres de séjour pour soins qui arrivent à expiration ne sont plus renouvelés. Des milliers de personnes séropositives risquent d’être expulsées sous prétexte qu’il existe des médicaments anti-VIH dans les pays pauvres. Encore faut-il y avoir accès…
Boris, Natasha, Denise et Françoise sont dans cette situation. Ils doivent faire un choix : retourner mourir au Cameroun, au Brésil, au Sénégal, en Ukraine, en Géorgie, ou vivre dans la clandestinité en attendant la rafle.


Boris et Natacha, qui vivent en couple, à Tours, subissent l’acharnement de la préfecture depuis des mois. Lors de son dernier passage à la préfecture, au mois d’août, Boris n’a pas obtenu la carte d’un an à laquelle il a droit mais une autorisation provisoire de séjour (APS) qui l’autorise à rester en France jusqu’au 31 décembre 2011. Ils sont devenus parents d’un bébé prématuré il y a quelques jours. Retourner dans leur pays d’origine, Ukraine ou Géorgie, serait les condamner tous les trois. Des pays en développement, où les consultations médicales sont chères et les ruptures d’antirétroviraux fréquentes, il y en a beaucoup d’autres.



Des persécutions inhumaines aussi. A trois reprises, les policiers de Chartres sont venus chercher Denise pour l’emmener en centre de rétention. Difficile de continuer à mener une vie décente quand il faut se cacher. Denise le sait : après le centre de rétention, c’est un charter pour le Sénégal et la fin de son traitement anti-VIH. C’est une mort par le mensonge. Un mensonge d’Etat.
Nicolas Sarkozy a menti quand il a déclaré que la loi sur les étrangers gravement malades était appliquée comme elle devait l’être : avec humanité. Claude Guéant a menti quand il a déclaré au Sénat que, malgré les restrictions du droit au séjour pour soins, l’Etat français n’expulserait jamais une personne séropositive. Le Ministère de l’Intérieur s’est même fendu d’une belle circulaire… foulée des deux pieds par des médecins de l’Etat. Nora Berra a menti quand elle a déclaré devant les militants de AIDES qu’elle s’engageait à faire tout son possible pour que les décisions des médecins des agences régionales de santé (ARS) ne privent pas de titre de séjour les personnes séropositives.



Depuis trois mois, nous attendons les directives du Ministère de la Santé censées cadrer les instructions des médecins des ARS. Ces directives tardent alors que la machine à expulser les malades est lancée ! AIDES l’avait annoncé lors de sa dernière mobilisation contre le projet de loi sur l’Immigration, au printemps 2011, et le répète : les personnes séropositives qui bénéficient d’un titre de séjour pour soins sont invitées à contacter l’association avant d’engager leurs procédures de renouvellement. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, que ce soit légal ou non, pour éviter leur expulsion !


*Les prénoms ont été modifiés.

http://www.aides.org/actu/condamnes-mor ... detat-1143

_________________
Je pressens tout ce qui m’entoure, mon âme d’enfant est une grande excitée.
Je crie ma liberté cueillie en cette vie flamboyante, j’en suis émerveillé.
des peurs.
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com