Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 20 Juil 2018 19:12

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 410 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivante
Auteur Message
Message non luPosté: 15 Juin 2018 19:54 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
N'oublions pas quelques fondamentaux.

De quel droit l'État ou l’administration vient mettre son nez dans nos affaires ( sans jeu de mots ) ? N'est-ce pas une violation des droits fondamentaux au respect de la vie intime ou privée ?

Que les médecins interviennent dans un but de soulager conformément à la charte, c'est naturel. Que les médecins imposent leur point de vue en fonction d'un dogme, c'est inacceptable ! La discordance de ces dogmes d'un pays à l'autre ou même au sein d'un pays démontre le degré de pourriture de ces dogmes, particulièrement avec la trans-bidule ( bidule = pour toute la constellation des cas ).

L'exception ( idéologique, réglementaire, ... ) est en général ( toujours ? ) une c****erie quand cela tend à restreindre.

L'intégrisme est une forme de dogme, on en connait ses conséquences.

Le dogmatisme, comme beaucoup de ***ismes est une atteinte inacceptable aux libertés.

C'est aux médecins, ceux dignes de ce noble qualificatif, de décider ce que l'administration doit faire.

Nous sommes tous et toutes des êtres humains sensibles ayant le droit de vivre. Nous avons en tant que trans une particularité entrainant une souffrance que nous aurions volontiers évitée en n'étant pas trans pour beaucoup d'entre nous.

Nous sommes trans, nous n'avons pas choisi en général, cela résulte de notre organisme, nous en souffrons et nous recherchons à vivre le mieux possible malgré cette particularité ( handicap ? Non, sauf aux yeux de la sainte administration ).

Possible, mais cela reste à démontrer, que des trans soient des conséquences d'effets d'origine purement psy *. J'ai la conviction que c'est ( presque ? ) toujours d'origine organique. La piste mutante des récepteurs du cerveau évoquée par Rania, me semble très convaincante.

Peu importante qu'un/une trans-bidule soit de cause psy ou organique. Nous avons le devoir et le droit de respect réciproque.

----

*
Il faudra m'expliquer par quel mécanisme psychologique ( freudien ? ) une chatte que j'ai eu était FtM, ayant eu des petits et se comportant comme un matou.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 01:15 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
nathasha69 a écrit:
Je pense et c est mon avis qu il ne faut pas tourner le dos a la recherche. Beaucoup on peur que cela les décrédibilise et remette en question leurs existences . Je pense plutôt que ce sera un bonus dans l efficacité des traitement.. J ai vécu l époque ou être op c était nul ou la politique trans était contre tout . Contre certain médoc . Contre les chir l idéologie était très formaté ce qui a poussé beaucoup a s eloigner des associations trop sectaire. Pour ce qui du psy je n ai pas eu le loisir de passer devant ceux du protocole. J ai eu un accompagnement pour m aider a appréhender les difficultés de la transition et ce fut utile pour décompresser des saloperies du boulot et de la rue , pour ne pas craquer et tomber en dépression . Ensuite pour ma reconstruction facial, j ai eu 6 mois de psy avant la première op pour m aider a comprendre les conséquences d un changement radical du visage . A ne pas surestimer le résultat et a accepter le changement d identité visuel . Et j avoue que sans le psy j aurai eu du mal a accepter. Cat les 2 première op te bousille le visage tu ne ressemble a rien et sans psy c est dépression et arrêt du protocole. C est seulement a partir de la 4 em que tu vois le nouveau visage apparaître. Tu passe plus de temps avec des hématomes des gonflement que socialement féminine. Il faut un putain de moral pour ne pas craquer et aussi une confiance dans les chirurgien. Le psy a une utilité et je trouve que la chasse ouverte aux psy et parfois exagéré


+1

La recherche est un + lorsque elle est bien menée et non pas dévoyée selon des dogmatismes rétrogrades, sous des prétextes fumeux d'éthique après contorsions intellectuelle.

Je refuse de rejeter qui que ce soit sous prétexte de cas non strictement MtF ou FtM.
Moi même je ne peux exclure d'être un tel cas, sans que rien ne me le fasse soupçonner. Je n'ai même pas fait un grossier caryotype et encore moins un fin génotype. J'aurais l'air vraiment d'une gourde si un jour je me découvre XXXXXXXY.

----

Rania,

+1 pour le psychiatre.
J'en fait l'expérience suite à un PTSD sévère ( je simplifie ) et des années de souffrance, sans rapport trans.
J'en ai un qui a fait, enfin plutôt fait faire un excellent parcours alors que cela allait fort mal. Sans un seul médicament. Heureusement car je supporte mal les AD à cause des effets indésirables, aussi bien SSRI, NSRI ou tricycliques.

J'imagine sans peine les conflits relationnels dérivant de la transtitude. Un psy est le bienvenu.

Je crois avoir la chance d'avoir trouvé un super psychiatre qui a été vraiment formidable pour moi durant ces années d'un cauchemar que je subissais.

Plûme,

+1
Être trans n'est pas un choix en général, cela nous est imposé par notre corps et nous faisons de notre mieux pour en atténuer les désagréments. Quelques avantages parfois aussi dans la peau de l'"autre" sexe.
Je me passerais bien d'être trans, mais je dois faire avec.

La génétique peut nous aider pour un meilleur traitement de nos incongruences.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 02:50 

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 369
Je reconnais que je me suis psychothérapiée toute seule pendant des années, un peu comme les étudiant(e)s en psychothérapie me semble-t-il, c'est peuttre pour ça que je vis le fait de voir un(e) psy comme un retour en arrière plutôt que comme un moyen de progresser, et tout le monde n'en est peuttre pas capable comme moi je l'ai é, mon esprit est clair alors que jadis je connaissais la brume, mais si quelqu'un(e) n'est pas aussi solide psychologiquement que moi tout en ayant la même sensibilité que moi ça pourrait mal tourner car j'ai vraiment pensé à mettre fin à mes jours après certaines séances.
J
e sais aussi que pour certain(e)s ça a mal tourné au point qu'on dise que les psy des équipes publiques aient du sang sur les mains à force de laisser la personne souffrante s'enliser sans lui permettre de débuter son parcours mais la situation n'est pas tout à fait la même car je parle du suivi pendant le parcours alors que là il s'agit du diagnostic initial.

E
n tout cas c'est pour ça que je préfère que ce qui est psy soit un choix.

A
u cours de ma transition j'ai é virée du radioclub de ma ville sans motif clair, j'ai perdu un ami, des fréquentations et la considération de personnes qui pouvaient me rendre des services, surtout des hommes adultes qui devaient projeter des modèles en moi, j'ai subi diverses humiliations, j'ai songé plusieurs fois à mettre fin à mes jours (mais toujours bien moins que ce j'y songeais avant) ; je m'en remets toujours toute seule, je suis forte et je pense que si je devais consulter en plus de tout ça ma confiance en moi en prendrait un sacré coup, ça me ferait plus de mal qu'autre chose.
U
ne chose que j'ai apprise au contact de la pédopsychiatre est que raconter ne m'aide pas, mon cœur se sent alourdi comme si ça revenait à remuer un linge malodorant (avant d'y aller je pensais au contraire que ça me procurerait une forme de soulagement, ça m'a surprise), je perds ma sérénité, mes pensées négatives et sentiments d'injustice remontent... Mais je ne jugerai jamais quelqu'un(e) qui en ressente le besoin.
P
our finir sur une note positive, et c'est sur quoi je tente de concentrer ma vie, la transition m'a apporté un gain de liberté au niveau de mon positionnement social et mon comportement, un soulagement sur les plans physique et psychologique, de l'aisance relationnelle, un gain de popularité dans certains milieux, de jolis moments, des émotions fortes, le goût et l'envie de vivre, l'harmonie de mon être, l'assurance de ma légitimité sur cette Terre, l'espoir. comme renaître
j'a
i tant changé que je ne me reconnais pas dans mon passé

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

h
ttp://lexilee.blog.free.fr


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 08:13 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Plûme,

Je pense que les psychiatres ne sont pas tous équivalents et leurs performances peuvent varier avec des cas extrêmes ( sans être pathologique par le côté trans ) comme les nôtres.

Le mien a su m'accompagner dans mon parcours psy. Il m'a largement aidée à me découvrir, à trouver moi même les solutions. Une sorte d'auto thérapie guidée.

J'étais dans un état de détresse sévère et il m'a donnée de l'énergie et de l'encouragement pour surmonter cela. Ma compagne a elle été formidable également pour me soutenir. J'ai la chance d'avoir un entourage qui n'a jamais fait obstacle à mon côté trans, guère d'encouragements non plus et quelques étonnements ( quoique connaissant mon caractère... ).

Mon côté féminin a contribué largement à cette détresse par ma sensibilité et mon empathie. Je suis comme cela et je ne changerais probablement jamais.

C'est avec lui que j'ai lancé le parcours de trans. Il m'a aidée à me auto comprendre sur ce plan trans. Il n'a jamais cherché à me décourager sur ce plan, il m'a aidée à me découvrir. Aucune difficulté pour une attestation qui en théorie n'est pas nécessaire mais cela évite bien des réticences.

Mon parcours psy a largement été une auto thérapie, mon psychiatre m'apportant un terrain neutre et sécurisant. De temps à autres un coup de pouce si je m'égarais. Une bulle d'air frais qui me redonnait de l'énergie. J'étais dans une telle détresse que je n'avais plus l'énergie pour remonter, seule, à la surface.

PS:
radioclub :
Coïncidence amusante, j'ai eu fait du DX.
C'est encore un aspect de ma passion pour les sciences.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 08:38 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Il y a un gros rejet des psy en France dans le monde trans . Beaucoup disent que cela se passe très bien et même certaines consulte avec les psy du protocole après l op . C est un soucis purement franco français. Voir les protocole en Allemagne ou en Angleterre c est pas la tendresse . Notre soucis gaulois c est le besoin de droit sans avoir a justifié de rien . Et quand tu parle de comparaison européenne, Oula la boulette. Réponse , la France c est le pays de ceci ou de cela . Les droits ceci les droits cela . La liberté. Enfin difficile d avoir un discours construit . En France tout devrait être libre et gratuit sans contrainte administrative . Pour avoir bosser un peu sur certain comparatif pays open . Argentine . Malte . Si l état civil est déclaratif c est une façon de palier au manque de soins et a l accès plus que restreint a des op et a des hormones . Mais en France il ne faudrait pas poser de question ne pas être sur que le besoin de transition ne découle pas d une pathologie psy. Limite les endo devrait ne pas s opposer du moment au il y a une demande sous peine d être transphobe . Nous aimons le comparatif avec certain pays , mais que sur les secteurs qui nous arrange on ne regarde pas le reste . Les psy en Angleterre on la réputation de faire le tri et le système de santé étant ce au il est beaucoup on recours a l automédication. Notre système n est pas parfait mais il n est pas trop mal


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 08:39 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
rania-m a écrit:
...
La génétique du transsexualisme est bien plus complexe qu'on ne pourrait l'imaginer (les recherches civiles n'en sont qu'au stade de balbutiement à l'inverse du secteur militaire) : dans notre jargon familial on appelle ça la "constellation génétique"... Pourquoi?

Il y a tellement de mutations mais je vais essayer d'expliquer de la façon la plus simple possible :

- AR : le récepteur des androgènes qui a de multiples isoformes par épissage alternatif (c'est-à-dire que le même gène est lu différemment et donne naissance à différentes formes selon les tissus) --> une mutation de la forme cérébrale entrave la masculinisation des aires cérébrales (la mutation complète réalise le SICA)

- les RE des AR des neurones = RE = Responsive Elements = ce sont des séquences d'ADN situés en amont des gènes cibles activés. Ce sont sur ces RE que se fixent les récepteurs nucléaires aux stéroïdes dont l'AR : donc un phénotype "trans" peut être dû à la mutation de l'AR (déjà décrit en civil pour la forme AR45) mais aussi des mutations des RE des gènes cibles à expression neuronale

...


Bonjour Rania,

C'est passionnant et cela réveille ma passion scientifique.

Cela peut-il expliquer certaines comorbidités ?

J'ai eu lu que les MtF en HRT ( Hormonal Replacement Thérapie pour Plûme qui râle contre les sigles :wink: ) étaient sujettes aux migraines sensiblement avec la même fréquence que les femmes cis hormonalement actives.

J'ai des soucis qui sont fortement féminins :
- migraines +/- avec auras.
- migraines vestibulaires ( très forte dominance féminine )
- phénomène de Raynaud.
- tunnel carpien et tarsien.

Cela pourrait-il être en relation avec diverses variations du AR ( Androgen Récepteur ) ?

Je pense que cette voie tient la route, même sans exclure des cas tout autres ( psychose fétichiste sans fond bio par ex. ).


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 09:26 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
nathasha69 a écrit:
Il y a un gros rejet des psy en France dans le monde trans . Beaucoup disent que cela se passe très bien et même certaines consulte avec les psy du protocole après l op . C est un soucis purement franco français. Voir les protocole en Allemagne ou en Angleterre c est pas la tendresse . Notre soucis gaulois c est le besoin de droit sans avoir a justifié de rien . Et quand tu parle de comparaison européenne, Oula la boulette. Réponse , la France c est le pays de ceci ou de cela . Les droits ceci les droits cela . La liberté. Enfin difficile d avoir un discours construit . En France tout devrait être libre et gratuit sans contrainte administrative . Pour avoir bosser un peu sur certain comparatif pays open . Argentine . Malte . Si l état civil est déclaratif c est une façon de palier au manque de soins et a l accès plus que restreint a des op et a des hormones . Mais en France il ne faudrait pas poser de question ne pas être sur que le besoin de transition ne découle pas d une pathologie psy. Limite les endo devrait ne pas s opposer du moment au il y a une demande sous peine d être transphobe . Nous aimons le comparatif avec certain pays , mais que sur les secteurs qui nous arrange on ne regarde pas le reste . Les psy en Angleterre on la réputation de faire le tri et le système de santé étant ce au il est beaucoup on recours a l automédication. Notre système n est pas parfait mais il n est pas trop mal


Mon message était peu clair, alors je précise:

Je suis contre l'aspect administratif trop lourd alors que un avis médical devrait être déterminant.
L'administration n'a aucune compétence médicale et elle devrait se conformer aux médecins.

Les médecins.
Tant que l'on a affaire à un médecin digne de ce titre, pas de soucis. Le problème survient avec les dogmatismes rétrogrades de pensées tels que certaines prétendues morales et qui peuvent contaminer des médecins.
Il n'y a pas si longtemps, il valait mieux mener une femme à la détresse ou la mort que lui laisser le droit d'avorter. Des médecins étaient odieux contre les femmes ayant bricolé elle même leur avortement. Voir l'Irlande enfin accédant au droit à l'avortement.

L'avortement n'est pas une décision que l'on prend par plaisir non plus. C'est une décision lourde.

Les cas de dysphorie, les variations génétiques entrainant des souffrances devraient pouvoir bénéficier de soins tels que le parcours trans ou hormonothérapie lié a des problèmes génétiques.

Les médecins ne sont pas infaillibles non plus, mais ils restent les moins mal placés, en concertation avec la personne.

Les limites:
Faut-il accepter une tocade dans le style MtF, avec un risque d'inversion quelques jours après ?
Cela pourrait survenir afin de bénéficier d'avantages tels qu'un âge de retraite plus tôt.
Évidemment non.

Il y a des limites à définir.

Je n'exclus pas non plus des cas purement psy sans fond bio génétique si la souffrance est réelle et peut raisonnablement perdurer.

Ces limites sont nécessaires pour ne pas saborder et mener à l'autodestruction les possibilités de transition médicales et administratives des trans bio. C'est comme un balancier, on le pousse trop loin et gare au retour.

Le rejet...
Je visais l'état d'esprit de la communauté trans and co.

Je suis ( probablement ) MtF, je t'accepte Nathasha avec bienveillance et sans aucune réserve dans ton cas peu commun.

Comme je l'ai annoncé, je prend avant tout en considération la mentalité des personnes.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 10:35 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Un complément:

J'ai un parcours pro largement hors Europe et une osmose mentale très internationale.
Les tendances mentales et de caractères françaises ne sont guère les miennes.

Je me rapproche beaucoup des tendances anglo saxonnes, germaniques et ... asiatiques.
Philosophie teintée de bouddhisme.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 11:25 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Personnellement j ai peu de point d accroche avec la communauté. J ai hébergé conduit et subit les aléas de pas mal de trans qui avait confondu mon appart et un centre d accueil pour trans ayant des rdv au grettis . C était devenu une fâcheuse habitude au nom de la pseudo solidarité trans qui a eu des impact sur ma vie de couple et familiale. Du coup la mentalité communautaire m a un peut fait du mal dans le sens ou quand tu dit stop c est la curée. J était la bourgeoise égoïste . Je marchais sur la tete des copines n ayant pas mes moyens . Ect ect mentalités de merde ou si tu cherche l invisibilité par tout les moyens t es une traître a la cause . J ai eu droit aux quolibets d avion de chasse . De bimbo . De outing sur mon lieux de travail ( j en ai changer depuis pour cette raison) donc oui l esprit communautaire est de plus en plus politisée et le message d aide ne colle plus aux bases que je me donne . L esprit et trop critique et surtout monopolisé par des reine en perpétuelle transition qui ne peuvent sortir de leurs rôle car elle n existe que par ca . Et qui juge tout ce qui ne colle pas au moule . Oui je suis plus germanique que française dans ma façon de vivre . Civismes respect des règles et dans mon boulot c est pareil fonctionnaire je fais plus de 40 h par semaine par soucis d être pro ce qui cause des soucis dans une mentalité en guerre contre le patron .le rythme de travail et je suis fonctionnaire en 32 ans jamais un jour de grève . Mais c est une conception rétrograde pour beaucoup.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 12:14 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
nathasha69 a écrit:
... Oui je suis plus germanique que française dans ma façon de vivre . Civismes respect des règles et dans mon boulot c est pareil fonctionnaire je fais plus de 40 h par semaine par soucis d être pro ce qui cause des soucis dans une mentalité en guerre contre le patron .le rythme de travail et je suis fonctionnaire en 32 ans jamais un jour de grève . Mais c est une conception rétrograde pour beaucoup.

Idem pour moi.
La sensation de grève perpétuelle en France me pèse.
Les règles existent, on les respecte ou on part.
Cette espèce de contestation larvée partout et toujours est pénible.
Les papiers, mégots, canettes et autres m.... ops ! résidus jetés partout me dégoutent.

Une petite anecdote amusante:
J'ai "scandalisé" en France avec mes sauces à salade. Oui, je met une pincée de sucre...

Je vois que nous avons des points communs.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 18:56 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Cheyenne,

Cheyenne a écrit:
Entre Prométhée, Docteur Jekyll et M. Hyde, que penser des bienfaits de la science ?

rania-m a écrit:
Un psy ne servira pas à grand chose (pour ne pas dire rien) pour le suivi de la dysphorie mais sera utile pour la gestion des soucis dépressifs

A coups d'antidépresseurs ? C'est ça l'utilité ? Sachant que le savoir psy ne se rapporte qu'à des préjugés sociaux et ne comporte aucune base scientifique, même neurobiologique, sur laquelle étayer une quelconque connaissance. Comment dès lors accorder le moindre crédit à un de ses représentants sur un sujet qu'il rejète ou traite par dessus la jambe, qui lui est parfaitement étranger, pour statuer sur une cause et valider une dysphorie ? C'est quoi d'ailleurs une dysphorie sinon un état dépressif. Nous ne sommes plus loin des pastilles euphorisantes de G.Orwell.
rania-m a écrit:
Car c'est pathétique de critiquer pour critiquer sans être capable d'aligner des arguments scientifiques...

Comme il est pathétique de considérer que rien n'est valable sans argumentation scientifique.


1/ Après Prométhée, Dr JEKYLL et Mr HYDE, il y a aussi des scientifiques qui ont fait de très "vilaines choses" en matière scientifique : Pasteur, Jenner (qui a conçu le principe de vaccination - à ne pas confondre avec la famille de téléréalité), Fleming (celui qui a découvert la pénicilline à partir d'une souche de Penicillium notatum), Jacob-Monod-Wolff (qui ont découvert l'ADN), Chase (celle qui a démontré la réplication semi-conservative de l'ADN).... Que de très méchants scientifiques qui ont détruit l'Humanité!

2/ un psy ne donne pas systématiquement de médicaments : la psychothérapie aide aussi sans passer par la case médicaments... J'y reviendrai plus tard en donnant mon exemple...

3/ pour la nécessité d'argumentation scientifique systématique, disons que là on ne parle pas de faire les courses à l'épicerie du coin... on parle de santé humaine... pas de services de type plombier ou électricien...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 19:53 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Rania,

J'y ajouterais Rosalind Franklin trop souvent oubliée ( oui, je suis quelque peu féministe... ) et dont les recherches ont été déterminantes sur la structure de l'ADN.

Je confirme également : mon psychiatre ne m'a prescrit aucun médicament, sans même être informé de mes réactions souvent exotiques à nombre de produits. Voir mes précédents messages.

Voir également l'excellent livre :
Pr. David Healy : Pharmageddon
Il y a beaucoup à dire sur la pharmacothérapie psy...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 20:37 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Maev,

Dans la liste des femmes scientifiques, il y a Martha Chase dont j'ai parlé, et toujours dans le domaine génétique, Barbara Mcclintock qui a découvert le phénomène de transposition chez le maïs...

Pour en revenir au psy, j'étais la première patiente trans pour ma psy. Lors de ma première consultation, elle a compris que je savais ce que je faisais en terme de transition. Mais ce qu'elle n'est pas arrivée à comprendre, c'est mon processus de transition totalement atypique qui s'est effectuée en 2 temps (1 phase pendant mon enfance et 1 phase au stade adulte). Même si j'ai été entraînée à être forte, quand mon chéri a été hospitalisé aux USA pour sa tumeur cérébrale, j'étais plus fragile sur le plan psychologique... Dans cette période, un jour une patiente du labo a dit à son amie : "le docteur doit avoir des problèmes d'argent car il se travestit pour faire une péripathéticienne (dans un terme plus injurieux...) pour arrondir ses fins de mois"... En temps normal, cela ne m'aurait rien fait.. Mais avec les soucis de mon compagnon, cela m'a fait pleurer... Ma psy m'a réconfortée et m'a proposé de prendre des médicaments en précisant que ce ne serait qu'une béquille médicamenteuse pour tenir la route. J'avais refusé pour garder les idées claires car conformément aux souhaits de mon chéri, j'étais la seule à pouvoir prendre toute décision médicale... et ma psy a compris mon point de vue et ne m'a jamais forcé la main pour les antidépresseurs.

Donc les psy, ça aide quand le moral s'effondre à cause des autres...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 22:50 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Oct 2009 22:19
Messages: 8402
Citation:
Je suis contre l'aspect administratif trop lourd alors que un avis médical devrait être déterminant.
L'administration n'a aucune compétence médicale et elle devrait se conformer aux médecins.

Hey ! pssst ! on peut revenir 2 second à la notion d'autodermination esquisser sur la page précédente ou pas ???

Citation:
Les médecins.
Tant que l'on a affaire à un médecin digne de ce titre, pas de soucis. Le problème survient avec les dogmatismes rétrogrades de pensées tels que certaines prétendues morales et qui peuvent contaminer des médecins.
Il n'y a pas si longtemps, il valait mieux mener une femme à la détresse ou la mort que lui laisser le droit d'avorter. Des médecins étaient odieux contre les femmes ayant bricolé elle même leur avortement. Voir l'Irlande enfin accédant au droit à l'avortement.
L'avortement n'est pas une décision que l'on prend par plaisir non plus. C'est une décision lourde.


Pas besoin de prendre l'exemple de l'avortement, en France le transsexualisme n'est plus une maladie mentale depuis 2010 (+ ou - lol)

Citation:
Les cas de dysphorie, les variations génétiques entrainant des souffrances devraient pouvoir bénéficier de soins tels que le parcours trans ou hormonothérapie lié a des problèmes génétiques.
:shock: :shock:

_________________
" on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut arrêter de perdre son temps "


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 16 Juin 2018 23:06 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Oct 2009 22:19
Messages: 8402
rania-m a écrit:
Bonsoir Maev,

Dans la liste des femmes scientifiques, il y a Martha Chase dont j'ai parlé, et toujours dans le domaine génétique, Barbara Mcclintock qui a découvert le phénomène de transposition chez le maïs...

Pour en revenir au psy, j'étais la première patiente trans pour ma psy. Lors de ma première consultation, elle a compris que je savais ce que je faisais en terme de transition. Mais ce qu'elle n'est pas arrivée à comprendre, c'est mon processus de transition totalement atypique qui s'est effectuée en 2 temps (1 phase pendant mon enfance et 1 phase au stade adulte). Même si j'ai été entraînée à être forte, quand mon chéri a été hospitalisé aux USA pour sa tumeur cérébrale, j'étais plus fragile sur le plan psychologique... Dans cette période, un jour une patiente du labo a dit à son amie : "le docteur doit avoir des problèmes d'argent car il se travestit pour faire une péripathéticienne (dans un terme plus injurieux...) pour arrondir ses fins de mois"... En temps normal, cela ne m'aurait rien fait.. Mais avec les soucis de mon compagnon, cela m'a fait pleurer... Ma psy m'a réconfortée et m'a proposé de prendre des médicaments en précisant que ce ne serait qu'une béquille médicamenteuse pour tenir la route. J'avais refusé pour garder les idées claires car conformément aux souhaits de mon chéri, j'étais la seule à pouvoir prendre toute décision médicale... et ma psy a compris mon point de vue et ne m'a jamais forcé la main pour les antidépresseurs.

Donc les psy, ça aide quand le moral s'effondre à cause des autres...

Rania


La démonstration que t'es juste un être faible !!! Next !!! mdr mdr mdr

_________________
" on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut arrêter de perdre son temps "


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 11:17 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juil 2017 19:52
Messages: 54
nataschas06 a écrit:
La démonstration que t'es juste un être faible !!! Next !!! mdr mdr mdr

Ce forum nous donne l'opportunité de nous exprimer, nous insurger, nous entraider, tout simplement de pouvoir prendre une place dans ce vaste domaine qu'est la transidentité.
Le vécu de Rania, comme à nous toutes, a forgé son caractère et constuit ses opinions, sur lesquelles je suis parfois loin d'être en accord. Elle nous fait part d'une expérience douloureuse, et toi, Nataschas06, tu lui réponds qu'elle est "juste un être faible". Que penses-tu exactement apporter à ce débat à travers cette réponse lapidaire?
Comme chaque membre de ce forum, tu es libre de tes opinons, d'être en accord ou pas avec d'autres membres. Mais rien ne te donne le droit de l'exprimer si bassement.

Le Dalaï Lama a écrit:
Le respect mutuel est le fondement de la véritable harmonie.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 15:57 

Inscription: 23 Nov 2009 20:20
Messages: 2102
rania-m a écrit:
Après Prométhée, Dr JEKYLL et Mr HYDE, il y a aussi des scientifiques qui ont fait de très "vilaines choses" en matière scientifique : Pasteur, Jenner (qui a conçu le principe de vaccination - à ne pas confondre avec la famille de téléréalité), Fleming (celui qui a découvert la pénicilline à partir d'une souche de Penicillium notatum), Jacob-Monod-Wolff (qui ont découvert l'ADN), Chase (celle qui a démontré la réplication semi-conservative de l'ADN).... Que de très méchants scientifiques qui ont détruit l'Humanité!


J'ai beaucoup de respect pour les découvreurs et les découvreuses quel que soit le domaines dans lequel ils-elles officient, j'en ai beaucoup moins pour ceux et celles qui se réclament des découvertes d'autrui et en font leur garde-manger, sinon leur raison de vivre.
D'où mon dégoût et ma réticence vis-à-vis du monde médical en général, bien qu'il nourrisse en son sein quelques perles d'humanité que l'on aimerait rencontrer plus souvent. Comme quoi il ne faut pas généraliser mais, pardon, tu es loin, malgré ton incommensurable savoir et ton immense (névrotique) narcissisme, de rallier à ta cause partiale les esprits dissidents dont je fais partie.
J'aime néanmoins beaucoup James Hadley...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 20:48 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir,

@Gloria.h

Je te remercie de ta sollicitude. Certes je suis loin d'être quelqu'un de facile à supporter car effectivement les épreuves de mon existence m'ont forgé un caractère d'Enfer aux sens tant figuré que propre...

A vrai dire, je ne répondrai pas à l'illustre innominée qui s'est fendue d'un exploit aussi bas et mesquin en me traitant de faible. Lui répondre reviendrait à accorder trop d'importance alors qu'elle ne le mérite pas.

Toutefois, qu'elle soit assurée d'une chose : le Destin est assez particulier car il peut s'acharner sur une personne ou une famille puis tout lâcher pour se fixer sur une autre proie. Et selon la loi du choc de retour, rien ne dit que le Destin sera plus tendre avec l'innominée...

@Cheyenne

Comme le disait mon cher père, quand les insultes fusent en mode personnel strict (que ce soit sur le caractère, sur le physique d'une personne - j'en connais un rayon avec mon 1m50), cela veut dire que la personne est lâche et se retrouve acculée à ne pas pouvoir débattre sur le fond du sujet en s'attaquant à tout ce qui environne la personne. Mécanisme classique de défense pitoyable et de bas étage quand on est incapable d'argumenter sur le plan scientifique : tu n'as qu'à argumenter sur le fond scientifique et/ou médical de ce que je dis mais cela t'est impossible donc tu utilises le mode d'attaques personnelles pour détourner le sujet...

Une autre chose m'exaspère chez toi : ton ingratitude quand tu parles de dégoût envers le monde médical... que tu as pourtant bien sollicité pour faire ta transition que je sache au moins sur le plan hormonal (je ne sais pas si tu es opérée et cela ne m'intéresse pas de le savoir). Cela m'insupporte toujours de voir des patient(e)s qui utilisent les données médicales tout en critiquant le monde médical à outrance. Etant moi même médecin, je ne dis pas que le monde médical est parfait loin de là mais sans les médecins, aucune ne serait à même de faire la moindre transition ne serait-ce qu'hormonale...

Donc désormais je ne répondrai à tes attaques personnelles que dans le même style que pour l'illustre innominée, à savoir mon profond mépris en ignorant systématiquement tes attaques car cela serait accorder l'importance que tes propos ne méritent pas...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 21:37 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Oct 2009 22:19
Messages: 8402
Citation:
Le vécu de Rania, comme à nous toutes, a forgé son caractère et constuit ses opinions,

Et ça lui donnes le droit d'être odieuse et d'agir comme un despote ???

Citation:
sur lesquelles je suis parfois loin d'être en accord. Elle nous fait part d'une expérience douloureuse, et toi, Nataschas06, tu lui réponds qu'elle est "juste un être faible". Que penses-tu exactement apporter à ce débat à travers cette réponse lapidaire?
Comme chaque membre de ce forum, tu es libre de tes opinons, d'être en accord ou pas avec d'autres membres. Mais rien ne te donne le droit de l'exprimer si bassement.


Pour quelqu'un qui s'égosille d'avoir une éducation d'élite et militaire, pour justifier son caractère odieux, moi ça me fait marrer.
Et de quel droit tu me remontes les bretelles ??? :idea: :idea:

_________________
" on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut arrêter de perdre son temps "


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 21:40 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Oct 2009 22:19
Messages: 8402
rania-m a écrit:


Toutefois, qu'elle soit assurée d'une chose : le Destin est assez particulier car il peut s'acharner sur une personne ou une famille puis tout lâcher pour se fixer sur une autre proie. Et selon la loi du choc de retour, rien ne dit que le Destin sera plus tendre avec l'innominée...


Sans déconner, j'ai peur !!! lol

_________________
" on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut arrêter de perdre son temps "


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 21:58 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Oct 2009 22:19
Messages: 8402
gloria.h a écrit:
Le Dalaï Lama a écrit:
Le respect mutuel est le fondement de la véritable harmonie.


Elle considère litteralement que les personnes sont inférieur à elle et tu me parles de respect mutuel ??? Sinon, ca va toi ? :shock: :shock:

_________________
" on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut arrêter de perdre son temps "


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 22:00 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Oct 2009 22:19
Messages: 8402
nataschas06 a écrit:
gloria.h a écrit:
Le Dalaï Lama a écrit:
Le respect mutuel est le fondement de la véritable harmonie.


Elle considère litteralement que les personnes présentes sur ce forum sont inférieur à elle et tu me parles de respect mutuel ??? Sinon, ca va toi ? :shock: :shock:

_________________
" on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut arrêter de perdre son temps "


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 17 Juin 2018 23:19 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Si on commence a collet des tirades de chefs religieux ou de philosophe , nous ne somme pas sortie. Quoi que j aime assez Tsun-zu ou Nietzche dans les tirades a sens multiples et efficace. les truc genre aimer vous les un les autres c est pas ma tasse de thé. Suis adepte du Talions


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 18 Juin 2018 10:46 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
N'avons nous jamais souffert ?
Notre cas trans est une source de vexations, d'insultes ou d’agressions.
Notre vie est très difficile à gérer, parfois l'entourage se détourne et nous traite en pestiférées, nous rejetant.
Nous endurons des souffrances à longueur de temps.

Quand l'une d'entre nous se manifeste et agit comme un animal blessé faut-il la rejeter ?
Pire encore si nous aggravons notre cas par un jugement hâtif et arbitraire.
Faut-il que nous agissions comme des gamines superficielles ?

Est-ce une insulte de se considérer comme globalement supérieure ?
Avons nous été injuriées ?

Non, je refuse de participer à cette lapidation injuste qui me donne envie de vomir.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 18 Juin 2018 11:02 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonjour à toutes,

Essayons de parler un peu franchement de mon histoire de supériorité intellectuelle (puisque là est le coeur du problème) :
- ma spécialité en tant que médecin est la biologie médicale
- pourtant je parle couramment d'endocrinologie alors que je ne suis pas endocrinologue
- pourtant quand Nathasha69 parle de génétique, je maîtrise la génétique sans souci (voir les réponses que je lui ai faites) alors que je ne suis pas généticienne
- pourtant je parle aussi embryologie moléculaire quand je parle du déterminisme génétique et de la cascade temporelle qui s'en suit pour la différenciation masculine induite par le chromosome Y alors que je suis ni embryologiste ni biologiste de la reproduction (quand je parle de conservation de gamètes)
- pourtant je parle de biologie moléculaire de la cellule alors que je ne suis pas spécialisée officiellement en biologie moléculaire
- pourtant je parle aussi de chimie cosmétique quand j'ai parlé des perturbateurs endocriniens alors que je ne suis pas spécialisée en chimie cosmétique...
- et le tout en parlant dans un langage suffisamment clair pour que cela puisse être compris par le plus grand nombre...

Alors au fond qu'est-ce que je suis? juste une femme trans? juste une femme médecin? juste une femme scientifique?... Je suis tout ça à la fois et après cela choque quand je dis que je dépasse intellectuellement beaucoup de personnes?

Comme le disait mon père à sa façon : "ma fille, ce n'est pas parce que je suis scientifique que tu l'es par le pouvoir de la science infuse. C'est à toi de te construire en matière scientifique" (n'est-ce pas Cheyenne puisque tu es une fille de scientifique si je ne me trompe?... d'après ce que j'ai lu de ton post de présentation qui date d'un certain temps)

Mon père me disait souvent : "pourquoi se contenter d'avoir la connaissance d'une seule planète alors qu'il y a tout le reste des Univers?..." Du coup il m'a enseigné aussi l'astrophysique et la physique quantique.. Ainsi en parlant de cette planète bleue, j'ai absorbé une masse de connaissances allant du macroscopique (galaxies, Univers et Dimensions) pour plonger vers le microscopique (physique et chimie atomistique - notion de liaisons de haute énergie style covalentes et liaisons de basse énergie style hydrophobe ou ionique - , puis nucléaire - noyau composé de protons et de neutrons, eux mêmes composés de quark et antiquark - puis quantique...)

C'est le même mécanisme qui s'applique en Biologie : le corps humain est un assemblage d'organes dont chacun donne une spécialité (endocrinologie, gastroéntérologie etc..). Chaque organe est composé de cellules (biologie cellulaire et biologie moléculaire de la cellule). Chaque cellule est composée de 2 parties : 1 cytoplasmique (organites = biologie cellulaire) et 1 nucléaire (=génétique macroscopique classique puis génétique moléculaire pour les interactions).

C'est quand on maîtrise l'ensemble du macro au microscopique que l'on est réellement intelligent car il n'y a plus de barrière, plus de frontière artificielle de l'esprit humain classique...

Résultats des courses : quand les autres gamins étaient en vacances moi j'absorbais des livres de science et/ou médecine. Car j'ai vite compris avec ma famille que le pouvoir n'était pas dans les muscles mais dans les capacités intellectuelles. J'ai sacrifié mon enfance (en fait pour être franche, je n'en ai pas eue vraiment) et je l'ai fait volontairement pour me hisser au niveau de mes parents. Alors celles qui pensent que je me sens supérieure intellectuellement de par mon climat parental se trompent lourdement. Cela m'y a aidé sans conteste possible en m'apportant la masse de connaissances que je voulais absorber MAIS ce sont mes efforts qui ont fait de moi ce que je suis actuellement. Alors dire que je suis plus intelligente que la moyenne n'est pas une aberration car j'en ai payé le prix fort en sacrifiant mon enfance (les seules sorties que j'avais étaient celles avec mon chéri, le même depuis mon enfance jusqu'à actuellement... là encore une persévérance hors normes car combien de femmes auraient lâché prise face à un compagnon ayant eu une leucémie à ses 18 ans puis une tumeur cérébrale à ses 47 ans - le tout après une séparation de 26 années - alors que nous sommes dans l'ère du mode "relation jetable" où le moindre souci fait voler un couple en éclat?)

Et pour celles qui me critiquent, rien ne vous empêche de vous instruire (à l'image de ce que ait Nathasha69 en allant à des colloques de génétique et en participant à l'évolution active des choses pour l'équipe de Lyon). A l'ère d'internet, ce ne sont pas les sites scientifiques qui manquent. Et si vous êtes en mode Ancien comme moi, on peut lire aussi des livres ou des revues scientifiques ce que je continue à faire sans me reposer sur mes lauriers...

Enfin pour en finir avec la notion de respect, je n'ai jamais terrassé quelqu'un qui était déjà à terre de par ses soucis. Sur le forum on peut me reprocher d'être arrogante ou trop fière mais en aucun cas, que j'ai descendu quelqu'un qui parle de sa souffrance. Il est même fréquent que je sois intervenue en MP pour soulager unetelle simplement parce que sur le forum cela parait en live total...

Etre Supérieure et savoir respecter n'est absolument pas antinomique. Mon père était un scientifique d'une intelligence redoutable qui a toujours respecté ses étudiants aussi bien en Sciences qu'en Médecine. Mais il était capable de descendre en flèche sans pitié ceux qui osaient le défier sur ton terrain. Quand il a disparu, un nombre incalculable d'étudiants lui ont rendu un dernier hommage (le funérarium avait été quelque peu submergé par l'afflux...). Pouvoir (intelligence) et respect (soi même et autrui) vont de pair quand on a compris le vrai sens de la Vie...

Rania


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 410 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivante

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com