Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 20 Juil 2018 19:00

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
Message non luPosté: 20 Juin 2018 19:39 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Bonsoir Gloria,

Oui, mais pas avant quelques jours faute de temps.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 19:50 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juil 2017 19:52
Messages: 54
Pas de souci.
Je n’ai pas compris pourquoi tu as écrit « Non c’est l’Estreva ». Bonne soirée à toi


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 19:58 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
"si je voulais passer à 6mg par jour, ça ferait 12 pressions ! ..."

12 pressions d'Estreva -> 6.00 mg = 12 x 0.50 mg
12 pressions Oestrodose -> 9.00 mg = 12 x 0.75 mg
ou encore:
8 pressions Oestrodose -> 6.00 mg = 8 x 0.75 mg


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 20:05 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juil 2017 19:52
Messages: 54
rania-m a écrit:
sous Oestrodose, tu étais à 3 pressions, soit 3 x 0,75 mg = 2,25 mg estradiol percutané = 1,5 mg oral E2

Si l'objectif est d'avoir l'équivalent de 6mg oral, il faut bien 12 pressions : (6mg x 3pressions)/1,5mg=12 :)


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 20:16 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
gloria.h a écrit:
rania-m a écrit:
sous Oestrodose, tu étais à 3 pressions, soit 3 x 0,75 mg = 2,25 mg estradiol percutané = 1,5 mg oral E2

Si l'objectif est d'avoir l'équivalent de 6mg oral, il faut bien 12 pressions : (6mg x 3pressions)/1,5mg=12 :)


L'équivalent oral, oui.
Je considérais les mg d'estradiol en gel mis sur la peau.

Nous sommes d'accord sous cette précision.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 20:27 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Petite précision. Je ne sais pas depuis quand tu es hormonée. Mais passer a 6mg comme ça c est du suicide tu risque l effet de saturation et de blocage. Retour sur mes petites entrevue avec un endo un vrai. Si tu surdose un organisme avec une molécule qu'il ne produit pas tu risque l effet de saturation qui te donnera donc des résultats sans cohérence avec les dose que tu prend . Il faut un effet dit palier sur plusieurs mois afin que l organisme assimile la molécule dans un processus de transformation. Rania expliquera mieux que moi les process de table rase et de montée par palier dans une hormonothérapie. Passer a 6 mg sur quelques jours c est du suicide . De plus en plus de trans désir passer a de forte doses sans réfléchir et beaucoup constate que de très petit changement par contre le foie et les surrénales se bousille et se deregle entraînant des soucis a vie . Vite et bien cela n existe pas une transition hormonale c est sur des années avec des paliers de croissances comme pour une ado


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 21:45 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir,

Pour Gloria et Maev,

Je rappelle les règles de bio-équivalence : kesako? La bio-équivalence ou équivalence pharmacologique fait que l'on établit sur une population donnée des règles d'équivalence pour un principe actif donné entre les différentes formes galéniques disponibles et je précise que c'est loin d'être une équivalence mathématique de 1 à 1...

Voici déjà un lien pour la bio-équivalence E2 : http://www.chups.jussieu.fr/polys/pharm ... enaup.html

Cela donne donc les bio-équivalences suivantes (R = remboursé / NR = Non Remboursé)

- 1 mg d'E2 micronisé voie orale : Estrofem (NR) / Oromone (R) / Provames (R)

- 0,76 mg de VE2 (valérate d'E2) voie orale : Progynova (NR) [0,76 mg car il faut éliminer la partie d'ester valérique pour avoir la masse E2 pure]

- 0,625 mg d'estrogènes équins voie orale : Duavive (NR)

- 1,5 mg voie percutanée = 2 pressions Oestrodose (R) = 3 pressions Estreva (R)

- 50 µg voie transcutanée (patch) : Dermestril (R) / Femsept (R) / Oesclim (R) / Thais (R) / Vivelledot (R)

Donc pour obtenir un équivalent oral E2, il faut bien 12 pressions Oestrodose ou 18 pressions Estreva....

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 20 Juin 2018 22:15 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Nathasha et Gloria

Tu soulèves plusieurs questions en fait :

- si j'ai bien suivi, Gloria est actuellement à 4 mg E2 oral/jour. On considère globalement que l'état d'équilibre (concentrations stables) est obtenu en 1 semaine. Par mesure de sécurité, ma mère considérait que du fait des variations individuelles, l'état était obtenu au bout de 2 semaines. Dans ses recommandations (encore en vigueur dans le secteur militaire... même 20 ans après sa disparition), chaque pallier doit durer 1 mois = posologie stable pendant 1 mois puis dosage pour ajuster par rapport à la cible souhaitée (aux alentours de 250 : ne pas chipoter non plus si on est à 235 par exemple...)

- donc il va falloir attendre 1 mois à 4 mg/ jour puis doser l'E2
* soit 8 heures après la dernière prise : ce délai pour la prise de sang est important car il permet de dépasser le délai d'absorption ainsi que le pic maximal d'absorption digestive (situé aux environs de 6 heures après la prise)
* soit avant la prise suivante

- en fonction du niveau de l'estradiol : si encore bas, rajouter 2 mg / jour pour obtenir 6 mg / jour au total puis attendre 1 mois puis dosage etc...

- à partir de la dose de 6 mg / jour, le pas d'incrément posologique est de 3 mg/jour, soit 9 mg/jour voire 12 mg/jour... Pour mémoire, pour celles qui ont suivi mes posts, c'est pour cela que j'ai dit que j'avais pris 9 mg/jour puis 12 mg/jour pour revenir à 9 mg/jour

- sur 1 organisme vierge qui n'a jamais pris de l'estradiol (donc non valable pour Gloria), on peut démarrer d'emblée à 6 mg/jour. Pourquoi? Un sujet XY sécrète peu d'estradiol de façon spontanée donc pas beaucoup de récepteurs à estradiol de façon spontanée (sauf quelques tissus comme le tissu osseux où la testostérone est convertie en estradiol par l'aromatase osseuse). Une dose de 6 mg/jour ne sera pas délétère (sauf vraiment cas particuliers) car l'estradiol ne sera efficace qu'une fois qu'il aura induit la synthèse de ses propres récepteurs dans tous les tissus cibles de l'organisme... Donc schématiquement, on prend de l'estradiol mais qui ne deviendra efficace sur les tissus qu'au bout de quelques semaines, et ce même si les taux sont corrects...
Pour mémoire, c'est le souci avec la progestérone sauf que pour la P4, seul l'estradiol peut induire la synthèse des récepteurs à progestérone... Donc même si l'on prend de la progestérone, elle ne sera efficace qu'après quelques semaines après induction par estradiol...
Il existe néanmoins des contre-indications à démarrer à 6 mg/jour telles que : antécédents personnels de migraine (ou familiaux), antécédents vasculaires nécessitant de démarrer à 3 mg/jour, diabète (car possibilité de pathologie vasculaire liée au diabète etc)... C'est pour ça qu'il faut vraiment être suffisamment doué dans le domaine de l'hormonologie MtF pour savoir si l'on démarre d'emblée à 6 mg/jour ou à 3 mg/jour avec augmentation progressive... et ça peu de médecins sont réellement capables de le faire...

Comme quoi la nature est bien faite : pendant la phase d'induction, l'organisme va commencer à s'habituer à des nouveaux niveaux hormonaux pour E2 et P4 et ces dernières ne commenceront à faire effet qu'au bout de quelques semaines...

Pour info, le pallier de 6 mg/jour n'est pas une lubie : ce pallier est utilisé en posologie de départ dans les protocoles civils américains. De plus, il faut savoir que c'est le seuil basal qui est utilisé en cas de cyclisation du THS (phase folliculaire de J1 à J5 / phase lutéale de J15 à J28) : souvent ce seuil basal suffit à obtenir un niveau en E2 de l'ordre de 250 ng/l pour la majorité des individus (même pour une mutante comme moi d'ailleurs....!)

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 21 Juin 2018 10:09 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juil 2017 19:52
Messages: 54
Bonjour à toutes :)

Nathashas69, soit rassurée, je ne fais pas n'importe quoi n'importe comment. Comme je le disais :
gloria.h a écrit:
Je vais continuer pendant encore 3 mois ce dosage d'estradiol, et demander à ma prochaine endocrinologue d'en augmenter les doses progressivement (si elle l'accepte...) jusqu'à atteindre ces 250 pg/mL.

J'ai regardé pour les patchs. Si je prends l'exemple du Vivelledot 100μg , il en faudrait 4 pour obtenir la même quantité d'estradiol qu'avec 6mg de Provames. 4 patchs ! Je ne suis pas un panneau publicitaire ;)

J'ai lu hier ce document émis par The Endocrine Society : https://academic.oup.com/jcem/article/102/11/3869/4157558. Ce guide a été écrit par un groupe composé d'une majorité d'Americain, quelques Néerlandais et un Belge. J'ai relevé ces infos, qui ne vont pas toujours dans le même sens que ce que j'ai pu lire, sur le net, ici ou ailleurs :
The Endocrine Society a écrit:
Hormone Regimens in Transgender Persons
Estradiol 2.0–6.0 mg/d
Cyproterone acetate 25–50 mg/d
Pour eux 6mg d'estradiol oral est la dose max alors que d'autres montent à 10mg voire 12. Au sujet de l'acetate de cyproterone, je suis surprise que des americains en parlent, alors que cette molécule n'est pas autorisée aux US. Attention je ne suis ni pro ni anti Androcure! Mais quand des endocrinos americains mentionnent l'ACP dans les choix possibles pour un THS, l'argument "Androcure est interdit aux US donc c'est un poison" en prend un coup dans l'aile. Et oui, peut-etre qu'en fait les endos Americains aimeraient pouvoir disposer de l'Androcure ;)
Dernier point, dans la liste (assez étoffée) des molécules disponibles pour un THS, ils ne font pas mention de la progesterone.

The Endocrine Society a écrit:
2. Measure serum testosterone and estradiol every 3 mo.
 a. Serum testosterone levels should be <50 ng/dL.
 b. Serum estradiol should not exceed the peak physiologic range: 100–200 pg/mL.
Ils conseillent donc de ne pas dépasser un taux de 200pg/mL. Pour l'instant je n'ai trouvé que des témoignages et aucune publication sur le bienfondé de dépasser le cap des 200pg/mL. Je suis preneuse si vous avez un lien !

Bonne journée :)


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 21 Juin 2018 11:57 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Ah ouais. 200pg/ml c est léger . Suis a 1000 au dessus. Comme quoi d une équipe a l autre tout change . Et pour te répondre Gloria . Je ne me fait pas de soucis sur le fait que tu sois responsable. Mais a une époque pas si lointaine j ai suivie plus de cercueil que de mariage de copine qui ont confondu traitement et faire a leurs sauce . Entre les cancers et autre merde c était l hécatombe. Donc cela sérieusement refroidi et j ai compris que notre corps c'était pas un yoyo .


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 23 Juin 2018 08:50 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonjour à toutes,

@Gloria

Beaucoup de documents et sites universitaires américains sont mis à jour pour se caler aux recommandations civiles de la WPATH... ce qui n'est pas foncièrement l'idéal...

Mais voici un lien sur le site de l'Université de San Franscisco : http://transhealth.ucsf.edu/trans?page= ... ng-therapy

Dans le paragraphe "monitoring Estradiol levels" : il est marqué que les valeurs doivent être conformes au milieu de cycle féminin (ce qui est variable d'une technique de dosage à une autre bien entendu).

Pour te donner un exemple : technique de dosage en DxI Beckman Coulter :
- phase folliculaire : 107 - 139 ng/l
- phase lutéale : 250 - 338 ng/l
- pic ovulatoire : 278 - 495 ng/l
Cela implique que pour cette technique la phase de milieu de cycle va osciller entre les niveaux max de phase folliculaire et phase lutéale : soit entre 139 et 338 ng/l, soit en moyenne aux alentours de 238 ng/l

Pour l'ACP, les médecins américains sont bien sûr intéressés mais l'ACP n'a pas l'agrément de la FDA (officiellement pour des soucis hépatiques, en réalité pour une histoire de leadership d'une entreprise européenne - allemande - Bayer à l'époque où les industries pharmaceutiques américaines voulaient se positionner en mode hégémonique : pour mémoire, l'Androcur a eu son AMM en France en 1980 donc c'est un médicament avec 38 ans de recul...). C'est ce qui fait que pour les femmes cis américaines atteintes d'hirsutisme, en fait, il n'y a pas grand chose comme anti-androgène hormis spironolactone au prix de lourds effets secondaires cardiovasculaires. Depuis quelques années, il y a la drospirénone (DRSP) qui est sortie comme anti-androgène mais cette molécule n'existe pas seule à l'instar de l'Androcur. En effet, la DRSP est systématiquement associée à l'estradiol (= Angeliq pour femme ménopausée) ou à l'éthinylestradiol (= Jasmine et dérivés pour contraception)...

Le niveau d'estradiol est bien plus important qu'on ne pourrait l'imaginer : en effet les endos se limitent aux effets de l'estradiol juste pour la partie endo (normal c'est ce qu'on leur demande de savoir...). Mais les effets du THS féminisant ne se limitent pas juste à un impact endocrinologique car l'organisme n'est pas une juxtaposition d'organes mais une collaboration entre organes. Cela impacte aussi d'autres systèmes comme le cerveau (déjà discuté) ou le système immunitaire (avec un effet bimodal de l'estradiol : les effets de l'estradiol sur le système immunitaire sont variables selon le niveau de l'estradiol = très schématiquement, à niveaux d'estradiol de femmes ménopausées, les effets sont l'inverse de ceux de l'estradiol à un niveau proche du niveau du milieu de cycle voire de celui d'une grossesse). Bien entendu, cela n'est plus l'affaire de l'endocrinologue mais d'un immunologiste (que vous ne verrez jamais en consultation). C'est ce que l'on appelle le quatrième sexe : le sexe hormonal (après sexes génétique, physique et cérébral) --> l'estradiol va tendre à rendre le métabolisme de l'organisme XY proche de celui d'un sujet XX avec les bons côtés et les mauvais côtés. Et là on parle de la face sombre du THS dont aucun médecin ne va parler (car même les endos ne le connaissent pas) : le THS va sensibiliser un sujet de génotype XY à de nombreuses maladies qui sévissent sur un génotype XX style migraine, maladies auto-immunes etc... (ce dont Maev a parlé d'ailleurs). Comme le disaient mes parents, toute chose a un prix et le THS a aussi son prix (ou plutôt un lourd tribut)...

@Nathasha

Oui il est clair que si l'on oscille entre 100 et 200 ng/l, on ne va pas réussir à féminiser grand chose... Mais bon la logique de la WPATH est souvent déconnectée de la logique médicale elle même : comme je l'ai déjà dit et répété, mieux vaux un bon THS mené correctement plutôt que de s'engouffrer dans la chirurgie de féminisation à tout-va. Cela fait tourner les services de chirurgie esthétique mais à quel prix (médical et financier)? Un THS utilisé à doses efficaces sous réserve de surveillance accrue bien entendu peut avoir plus d'effets de féminisation qu'on ne puisse l'imaginer...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 23 Juin 2018 10:44 

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1284
Localisation: lyon 69006
Je suis assez en accord . Bien que question morphologie nous ne somme pas toutes égal. Et la la chirurgies reste le seul moyen. Le suivie et hyper important pour notre santé.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 10:18 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Il y a des moments où j'ai l'impression de rêver en pleine science fiction quand Rania nous sort le 4eme sexe !
Et pourtant, c'est la réalité qui rejoint la science fiction.

Je confirme pour les migraines, alors que l'estradiol favorise habituellement les migraines, j'utilise l'estradiol contre les migraines dans mon cas :
- sans estradiol -> migraines
- avec estradiol -> moins de migraines et moins sévères.

Une fois de plus, mes réactions sont bizarres avec des médicaments ( quoique l'estradiol à l'origine n'est pas un médicament ).

On m'a souvent dit que je suis une alien qui ne fait rien comme tout le monde !

Je ne sais pas où je vais ainsi. La dose estradiol est encore faible et je compte l'augmenter.
Possible qu'avec le temps ce soulagement disparaisse ( fatigue des ER [estradiol recepteur] ? ), comme avec beaucoup d'anti migraineux.
J'ai bon espoir que le CPA ( cyprotérone ), que j'envisage de prendre, aille aussi dans le sens anti migraine, mais c'est intuitif sans logique apparente.

Si cela ne fonctionne pas au long terme, je suis vraiment dans la m.... !


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 19:15 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Meav,

1/ ce n'est pas de la science fiction... juste la réalité scientifique même si cela peut paraître assez incroyable, je te le concède... C'est aussi une autre façon de réorganiser les données scientifiques de différentes spécialités pour avoir une vision globale des impacts d'un THS, chose qu'un médecin spécialiste ou généraliste ne pourra jamais fournir à l'échelon de l'organisme humain tout entier... Je reconnais que pour certaines, les données scientifiques que j'écris semblent relever de la science fiction et pourtant j'étaye à chaque fois avec un article scientifique du monde civil pour montrer que ce n'est pas une simple vision de mon esprit ("névrotique" d'après certaines...)

2/ pour les migraines soulagées par l'estradiol, cela existe chez la femme cis : c'est ce que l'on appelle la migraine cataméniale qui est due à l'effet modulateur de l'estradiol sur l'excitabilité neuronale ainsi que sur la synthèse d'un certain nombre de neurotransmetteurs. La migraine est plus déclenchée par une baisse brutale d'estradiol (ce qui arrive chez la femme cis en fin de phase lutéale ou chez la femme trans quand l'estradiol chute avant la prochaine prise) que par le niveau bas lui même (mais le niveau intervient dans une certaine mesure quand même). Cela implique une conséquence importante : plus la dose de THS en E2 est basse, plus le niveau sera bas et plus le différentiel de baisse sera important. A l'inverse, quand on a une dose forte d'E2, plus le niveau sanguin en phase de croisière sera important, moins l'impact sera ressenti.
Exemples :
* une MtF avec un taux d'E2 à 80 ng/l et qui se retrouve à 40 ng/l avant la prochaine prise va le sentir passer (delta absolu de 40 ng/l)
* une MtF avec un taux d'E2 à 280 ng/l et qui se retrouve à 240 ng/l avant la prochaine prise sera moins impactée, même si le delta absolu reste de 40 ng/l par rapport au cas précédent

3/ pour l'estradiol, à l'inverse des anti-migraineux classiques, tu n'auras pas d'échappement thérapeutique car l'estradiol a une activité régulatrice sur les neurones de façon permanente car c'est une molécule endogène (et non exobiotique)

4/ pour les récepteurs, ce sont des protéines donc avec une demi-vie de destruction spontanée..Quand on a un THS continu, les récepteurs sont fixés en permanence (schématiquement) aux hormones stéroïdiennes donc pas de renouvellement spontané suffisant (turn over naturel). A l'inverse, un THS cyclisé permet le renouvellement des récepteurs hormonaux à l'instar de ce qui se passe chez une femme cis lors d'un cycle menstruel... Mais maîtriser la technologie d'un THS cyclisé n'est pas à la portée de tout le monde non plus...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 19:57 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Bonsoir Rania,

Tu me rassures quelque peu car la crainte de retourner dans le cauchemar des migraines me hante.
J'avais ces migraines sévères avant tout traitement hormonal. L'estradiol a largement soulagé.

Vu que les migraines sont aussi un effet indésirable de l'estradiol et du CPA, j'espère ne pas replonger non plus avec les + fortes doses. Plage d'hormesis à optimiser pour un minimum de douleur ?

Bizarre aussi avec une vague modulation lunaire. Plus forte tendance migraineuse sur 3-4 jours vers la pleine lune en début d'année, maintenant j'approche le premier quartier *. Un cycle plus court que la révolution synodique lunaire ( j'ai fait de l'astronomie :mrgreen: ... ). J'ai peut-être un peu de féminin là aussi :shock: ... ou effet placebo/nocebo ou hasard ?

Grosses bises

* Migraine ce jour -> zolmitriptan.
Depuis l'estradiol j'utilise environ 1 cpmé par mois. Avant, aïe, aïe...


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 20:29 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Meav,

1/ en fait, quand le Vidal indique les crises de migraine, il faut lire en filigrane : crises de migraine provoquées par les fluctuations du niveau d'estradiol... En principe (je dis bien en principe car chaque organisme a ses propres spécificités), le maintien d'une estradiolémie aux alentours de 200 à 250 ng/l devrait éviter la survenue de crises de migraine

2/ la modulation lunaire est connue depuis la nuit des temps à ceci près que l'espèce humaine l'a juste "oublié" avec l'évolution de son espèce. Dans les civilisations antiques, toutes les Déesses associées à la Lune (par exemple Hécate chez les Grecs) avaient toutes leurs cultes officiés uniquement par des femmes. Quand on compare le cycle lunaire au cycle menstruel féminin, il y a un certain nombre de similitudes :
* nouvelle lune : phase de règles
* lune croissante : phase folliculaire correspondant à la croissance de la muqueuse utérine (à l'image du croissant lunaire qui augmente)
* pleine lune : ovulation = période de fécondité maximale = période où la lune est à son apogée cyclique
* lune décroissante : phase lutéale avec désquamation progressive de l'endomètre en l'absence de fécondation
D'ailleurs le mot lunatique vient de cet aspect changeant de la lune donc de caractère (sachant que les fluctuations hormonales sont en partie responsables des variations thymiques...)
Enfin les prêtresses dédiées aux cultes des Déesses lunaires portaient régulièrement des bijoux sacrés en un seul métal : l'argent qui est associée à l'astre lunaire (on a bien expression la "lune d'argent")

Enfin il ne faut pas oublier que l'une des particularités de l'Evolution a été d'internaliser la glande pinéale qui est responsable de la sécrétion de mélatonine (hormone du sommeil). Dans les espèces telles que les Reptiles ou les Oiseaux, la glande pinéale est protégée juste par une membrane fine (et non une structure osseuse) qui lui permet de capter l'intensité lumineuse et donc de s'orienter dans le Temps. Dans ces mêmes espèces, la glande pinéale intervient aussi dans le cycle menstruel (appelé plutôt oestrus)... Il est donc tout à fait logique d'imaginer dans l'espèce humaine que ce vestige embryologique qu'est la glande pinéale soit plus ou moins sous influence lunaire non pas par une sensibilité directe (du fait qu'elle est à l'intérieur du crâne) mais un mode indirect (les capteurs visuels oculaires se substituent à la fonction de capteur lumineux de la glande pinéale).

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 21:19 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
Bonsoir Rania,

rania-m a écrit:
... Mais maîtriser la technologie d'un THS cyclisé n'est pas à la portée de tout le monde non plus...

Rania


Un défi ?
J'accepte. :mrgreen:
Si je peux convaincre ma généraliste et avec les infos pour cela, j'adopte sans hésiter.
Elle commence à être habituée aux surprises avec moi.

Cela fait des décennies que je pense à une hormonothérapie modulée sur le cycle, plus cycle de néo-grossesse éventuelle ( super pour la morphogenèse ? ). Cela a été une surprise de découvrir que cela existe.
Le dose plate constante classique m'a toujours insatisfaite.
Vu mes migraines, je n'ai pas d'autre choix pour le moment que le classique. Il va me falloir négocier le CPA ( ou similaire * ), et surtout la progesterone.

*
finasteride et dutasteride exclus, j'ai failli en crever !
Drospirenone en alternative peut-être.
Medroxyprogesterone ?
Spironolactone, à défaut mais plutôt à éviter.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 21:27 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonsoir Meav,

Pour un génotype XY, la charge hormonale d'une grossesse n'est pas conseillée car cela engendre des soucis majeurs (style auto-immunité)

Pour le THS cyclisé, je suis certaine que tu trouveras ailleurs suffisamment d'infos sur cela... (tu sais où chercher... indice : pas ici!)

Pour le THS dans ton cas, il te faut passer par trithérapie estradiol / progestérone / cyprotérone

Médroxyprogestérone à éviter car fait partie de la classe des progestatifs à activité potentiellement androgénique...

Drospirénone pourquoi pas?... mais à faire attention (je te laisse trouver ailleurs ce que j'ai déjà décrit pour la DRSP)

Spironolactone à éviter car trop d'effets secondaires au niveau cardiovasculaire...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 24 Juin 2018 21:49 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 77
rania-m a écrit:
Bonsoir Meav,

...
Pour le THS dans ton cas, il te faut passer par trithérapie estradiol / progestérone / cyprotérone

...
Rania


C'est bien mon intention.
CPA à mini dose vu ma pilosité quasi féminine.
J'envisage:
Test initial à faible dose, puis croisière 25 mg/j quelques mois / 1 an, puis dose d'entretien vers 2 mg/j

Merci.

Bises et bonne nuit.

J'ai encore le repas à faire... Rien mangé depuis hier soir ( migraine ) !!! :roll:

Meav


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 26 Juin 2018 14:12 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juil 2017 19:52
Messages: 54
Bonjour à toutes :)
Rania je suis en train de lire le papier de UCSF sur le THS, il est super interressant. Je vais essayer de faire un pdf avec l'état actuel des recommandations.
Il y a neanmoins dans cet article une partie au sujet du bourgeonnement mammaire que je n'avais encore lu nulle part :
UCSF a écrit:
The estrogen receptor agonist activity of spironolactone may play a role in reduced breast development due to premature breast bud fusion. As such an escalating regimen beginning with low dose estrogen only, and titrating up over several months, and then adding spironolactone may be an alternative approach,[17] consistent with management practices in children with delayed pubertal onset (Grading: T O W).
J'ai compris qu'ils recommandent un dosage progressif dans les prescriptions, mais j'aurai aimé qu'ils developpent sur l'action agoniste de la spiro sur les recepteurs d'estrogene.
Bon aprem :)


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 26 Juin 2018 14:46 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 394
Bonjour Gloria

Le gros souci de la spironolactone, c'est que l'utilisation comme anti-androgène est ce que l'on appelle une dérive pharmacologique, c'est-à-dire l'utilisation d'un effet secondaire de la molécule d'origine dans une indication médicale. A titre de comparaison, c'est comme l'utilisation déviée du Mediator comme coupe-faim et le Temps a montré le désastre médical que cela a donné...

Il faut replacer la spironolactone dans son contexte historique (d'où l'intérêt de connaître l'histoire médicale d'un pays - avantage d'une mère endo militaire qui pouvait voir l'envers du décor...). A l'origine, la spironolactone a été utilisée comme traitement antihypertenseur. Mais dans le cadre de la pharmaco-vigilance, on s'est aperçu que ce médicament provoquait à fortes doses des gynécomasties (= croissance mammaire chez le sujet de sexe masculin). De cette observation d'effet secondaire, les endos américains civils ont découvert que la spironolactone (de par sa structure stéroïdienne) avait une capacité d'agoniste (= stimulant) du récepteur des oestrogènes. Fort de cela, comme les endos civils n'avaient rien d'autre à proposer pour les cas d'hirsutisme chez les femmes cis et les cas de féminisation pour les femmes trans, ils ont dévié la spironolactone dans le THS pour MtF dans la mesure où la FDA s'est opposée à la vente sur le territoire américain de la cyprotérone (molécule de confection allemande historiquement) qui serait restée l'unique molécule anti-androgène pendant des décennies. La FDA voyait en réalité d'un très mauvais oeil qu'une firme pharmaceutique du vieux Continent puisse implanter une molécule unique en son genre sur le territoire américain... Officiellement la FDA a récusé la cyprotérone pour des soucis hépatiques qui sont indéniables certes mais qui nécessitent une surveillance plus accrue alors qu'en réalité, il s'agissait juste d'une question de compétition de leadership entre USA et Europe... (même si pour cela des millions de femmes cis ou trans civiles ont reçu des doses fortes de spironolactone au prix d'effets secondaires cardiovasculaires conséquents comme une hyperkaliémie à l'origine de troubles du rythme cardiaque)

C'est pour cela que je déconseillerai vivement la spironolactone en THS MtF...

Rania


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 12 Juil 2018 23:32 

Inscription: 19 Avr 2018 20:48
Messages: 2
Bonsoir
Mon retour d'expérience.
Pour ma part, les œstrogènes seuls n'ont qu'un effet à très long terme.l'andocrino m'avait prescrit dès le départ d'abord l'anti androgènes. Androcure 50mg par jour. Le fait est que seul l'anti androgènes fait baisser le taux de testo. Néanmoins l'association des deux mollecules accélèrent la transition. Le dosage est à déterminer en fonction de l'age , du poids et de la physiologie de la patiente. Les effets a 20 ans ne sont pas identiques àa 45/50 ans. Le squelette continue sa formation jusqu'à 25 ans chez certaines voir un peu plus. A maturité le squelette en téhorie ne bouge plus sauf les cartilages. Bref la prise associée d'androcure ,oromone 2mg ,augmente l'efficacité, que la seule prise d'oestrogène. La progestérone quand à elle favorise la croissance des seins, mais là encore ce n'est pas un miracle. La formule progestogenes bimbo n'existe pas. Ne pas s'attendre à ce que vous ayez une poitrine généreuse. Pour ma part après presque 35 semaines de ths c'est 90 A+ ce qui est plutôt mignon. J'écrivais quoi déjà? Ha oui ! Oestrogenes, antiandrogenes unis pour le combat. La progesterone favorise beaucoup la répartition des graisses, même si rien ne l'affirme. Pour ma part , c'est une réalité. L'endocrino pourra juger utile de prescrire de la metformine500mg . Mollécule utilisée surtout contre le diabète mais peut intervenir dans le processus car les principes participent également à la répartition des masses graisseuses. Chez moi c'est satisfaisant.Je suis sûrement le cobaye de moi même, mais les résultats sont encourageants. Voir mon profil frede sur le site du forum: translook. Rebref, à ce jour chacunes de nous est différentes, les effets sur l'une ne sont pas les mêmes sur l'autre. L'analyse sanguine trimestrielle est fortement recommandée. Ainsi que la palpation des seins. Qu'ils fassent mals est un signe de croissance, on revit l'adolescence. Ensuite, le temps est à prendre en considération. Multiplier les doses des le départ nuit à une belle transition. Voir créer des effets paradoxaux. CAD: que le corps chargé d'hormones risque de ne plus assimiler la mollécule. Un peu comme pédaler sans chaîne. Voili voilou. En espérant que mon expérience servira à celles qui débutent ou se posent des questions. Kiss. PS de fin: la vagino c'est pas avant 2 ans d'hormonotherapie. Les seins, preferez la lipoconstruction aux prothèses. Essentiel la féminisation du visage. Surtout et aussi l'épilation. J'ai choisi l'électrolyse, le laser ça repousse. Faites en amont les certificats pour le changement d'état civil CEC les demarches sont à faire auprès du TGI les affaires familiales. Prevoir attestation et temoignages de proches, famille, amis, collegue, commercants et surtout attestation de psy, d'andocrino et de votre employeur avec la mention:Vu les changement physiques et qu'elle vit dorénavant dans son genre feminin ( habitus féminin disent les avocats) il est indispensable que son état civil soit changé dans son genre de réassignation féminine. Pour faire valoir ce que de droit.
Certains modèles de lettres existent sur la toile. Mais ne faites pas les mêmes lettres a chaques fois et pour entourage une lettre manuscrite avec les mentions citees ci-dessus. Plus la photocopie des cni des temoins


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com