Logo i-trans

Le forum I - TRANS - Transsexualité | Transidentité - Info et Rencontres

Le forum trans - Transsexuelles, transsexuels, transgenres, hermas et autres humains de tous genres.


Entraide, droits civiques, droit à l' autodétermination sexuelle et fun

Nous sommes le 13 Nov 2018 22:57

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
Message non luPosté: 05 Aoû 2018 22:46 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 584
Bonsoir, serait-il possible que les personnes qui s'y connaissent (je pense notamment à Rania mais pas uniquement) nous donnent des renseignements sur la manière dont le manque de cortisol affecte notre traitement hormonal ?

J
e commence à me dire qu'il s'agit de la clef de ma sous-féminisation malgré mes sur-doses.

m
erci d'avance

(s
i Rania préfère donner les explications sur l'autre forum je suis prête à le rejoindre, et promis je n'aborderai pas le sujet de l'acétate de cyprotérone)

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Aoû 2018 08:35 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 97
Hello Plûme,

Cela m'intéresse aussi.
Je n'ai aucune idée des interactions entre cortisol et traitement hormonal.

Il est très possible que cela me concerne de même, car suite à un choc psy sévère le taux de cortisol peut être impacté ( selon mon psychiatre ).

Bises,

Meav.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Aoû 2018 15:11 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour,

Sans blague???

La sub-féminisation est un problème récurrent que les endos basiques civils ne savent absolument pas gérer. Pourquoi?

Parce que tout simplement, les gentils endos civils (même dans les autres pays européens style Autriche...) ne maîtrisent nullement ce que l'on appelle les voies annexes : l'erreur classique et basique est de penser que le THS même en trithérapie suffit en soi et que l'on n'a plus qu'à attendre que cela fasse effet... La seule chose qu'il savent faire est de balancer un anti-androgène voire une association d'anti-androgènes style cyprotérone / finastéride!

oui MAIS (et il y a un très gros MAIS), il est utopique de penser que le THS ne va pas perturber d''autres voies métaboliques qui en apparence n'ont strictement rien à voir avec la voie des hormones sexuelles.

Comme le disaient mes parents (ah oui, pardon pour 1 certaine personne de ce forum, il ne faut pas dire que mes parents ont fait ceci ou cela), l'organisme est un tout et non une simple juxtaposition d'organes indépendants (ou de voies métaboliques indépendantes)

Et puis comme la même personne sus-dite sur ce forum considère que je ne suis pas médecin, il doit y en avoir d'autres... donc j'applique le tarif de groupe : plus personne sur ce forum ne bénéficiera de mon savoir médical.

Concernant l'autre forum, je précise qu'il m'arrive parfois d'y faire rentrer une personne de ce forum (peut-être par excès d'humanité mais une expérience récente m'a appris que parfois il valait mieux laisser les gens à leur sort, car la personne en question m'a profondément déçue par son comportement entre se prendre pour un médecin ou faire du hors-"topic" que l'on a été contraint de supprimer etc...).

En ce qui te concerne Plûme, NON je ne t'y inviterai pas car la nature humaine est ce qu'elle est (chassez le naturel et il revient au galop) : cela implique donc que sur l'autre forum, tu vas forcément parler de Cutler, d'intoxications aux métaux lourds, du fait que tu n'es pas convaincue par la cyprotérone, etc etc... autant de conneries que je souhaite éviter (je n'ai aucune envie que l'autre forum devienne un i-trans bis où les mêmes erreurs se répètent).

Une certaine personne sur ce forum peut dire que c'est dictatorial mais telle une Reine (pour les éventuelles sous-douées qui penseraient que c'est présomptueux de ma part, Rania signifie littéralement Reine en indien), je protège celles qui ont décidé de me faire confiance et donc par là même l'autre forum et son ambiance scientifique. C'est moche mais c'est comme ça. Plûme, si tu ne m'avais fait aucun coup de crasse, j'aurais été encline à t'accepter sur l'autre forum... mais quand on se fout de moi, il n'y a aucun échappatoire et tôt ou tard il faut payer sa note... Ce Temps est venu donc non je ne t'aiderai pas à comprendre pourquoi le THS peut être mis en échec... Selon la devise de ma mère, "ni pardon ni oubli"!

Tu ne peux pas te permettre de m'incendier numériquement parlant puis venir demander mon aide pour t'expliquer des données médicales comme si de rien n'était. Désolée ça peut passer avec d'autres mais pas avec moi!

Et inutile de penser à sortir le couplet de la notion qu'un médecin doit être à l'écoute de ses patients (la trans-identité n'est nullement une urgence médicale donc ne nécessite pas un avis médical immédiat)... Primo je ne suis pas certaine d'être considérée comme médecin (juste comme quelqu'un ayant lu de vagues données internet mais bizarrement qui maîtrise le domaine mieux que personne!) Secundo : tu n'es pas ma patiente pour te prévaloir de ce principe...!

J'espère que tu trouveras sur ce forum une âme charitable qui voudra bien t'expliquer les causes de l'échec thérapeutique... (enfin plus qu'une âme charitable il te faudra surtout trouver une âme douée... et là c'est pas gagné! sinon va voir dans les autres pays européens style Autriche - à titre purement d'exemple - je suis certaine que les endos y sont plus doués que moi en affichant de nombreux diplômes mais ce qui ne fait pas d'eux des endos qui maîtrisent le domaine de l'hormonologie MtF : à titre purement informatif, dans le domaine civil tu n'as aucun cours digne de ce nom en matière d'hormonologie MtF... je précise CIVIL ce qui ne veut pas dire que cela n'existe pas dans d'autres secteurs...)

Enfin je me pose des questions sur ta demande car tu n'arrêtes pas de dire selon tes propres propos que tu es féminine, que tu as des courbes, que tu attires les regards masculins etc... mais que tu as un problème de sub-féminisation (à un moment donné, il faudrait savoir : soit tu es féminine soit tu ne l'es pas!)

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 06 Aoû 2018 23:11 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 584
je ne comprends pas franchement, qu'on soit un peu rancunière d'accord, mais autant et sans fin ni pitié je trouve ça absurde
p
uis j'ai dû balancer quelques vérités, exagérer un peu pour faire réagir, être énervée pour des raisons compréhensibles (sachant que ton comportement n'est pas parfait non-plus), il doit y avoir de la surinterprêtation en jeu aussi, je pense pas avoir é si abominable
E
t inutile de me sortir une liste de griefs détaillée et subjectivement amplifiée, ça n'apportera rien de plus.
e
t moi quand quelqu'un me fait du mal j'arrive quand-même à avoir de l'empathie pour

(s
inon j'ai jamais douté que tu sois médecin)
e
n tout cas tu m'as un peu répondu en me confirmant qu'y a une pierre là-dessous, je vais essayer de trouver d'autres publications du docteur Rind (le charlot selon toi), chercher en d'autres endroits pour essayer d'y voir plus clair
s
i je ramène assez de concrêt je reposterai ici pour Méav et d'autres personnes qui vont peuttre suivre ce fil

e
n tout cas si j'avais é sur ton forum je n'y aurais pas parlé de ce que tu redoutes pour 2 raisons : 1 j'ai bien conscience que si je suis acceptée il s'agit d'un engagement donc je dois respecter l'entente et 2 car ça n'aurait pas é un forum approprié pour cela

E
nfin en ce qui concerne la qualité de ma féminisation tu as mis le doigt au bon endroit car la réponse est dans ta question : ma féminité c'est le chat du physicien Schrödinger enfermé dans la boîte fermée. Il y a pas d'effondrement de la fonction d'onde ni de temps de décohérencea par contre c'est rigolot car j'aime pas la théorie de la décohérence). En gros féminine ou pas je n'en sais rien. J'ai une impression puis quelques jours après son contraire. Ça oscille comme ça depuis au-moins 2 ans.
Q
ue j'attire ça il n'y a pas de doute, j'ai des compliments mais il faudrait prendre en compte une proportion par rapport aux autres filles, irréalisable. Que j'aie des courbes aussi mais elles doivent surtout venir d'avant mon traitement et être amplifiées par mes vêtements. Que je sois féminine oui mais il y a tant de manière de définir la féminité (Style, attitude, forme du corps...), je sais pas si les gens me trouvent féminine et désirable, juste fémine ou rien.
E
t donc je pense quand-même être peu féminine pour l'aspect physique pur et faire illusion de féminité sans le vouloir. Cette question me dépasse complètement. Donc oui ça me prend la tête. Et il y a des faits physiologiques donc je me raccroche à ça. Mon chirurgien qui est ennuyé de constater que je n'aie de graisse nulle-part alors qu'il doit m'en prélever. Sans graisse pas de répartition mais mes muscles auraient dû fondre en graisse. Le fait que j'aie peu perdu de masse musculaire et que j'aie très peu de poitrine. Mais peuttre que j'avais beaucoup de muscle à la base et que ça joue donc même là je suis troublée. en tout cas la progestérone ne marche pas non-plus (nulle libido et seins triangles qui partent sur le côté) et c'est un indicateur donc je sais qu'il y a bien un souci dans mon traitement (tu vas me dire que le mercure n'obstrue pas les récepteurs mais j'aurais eu une objection que je n'exposerai pas puisque tu ne vas pas répondre) et c'est difficile de ne pas faire de lien avec mes problèmes métaboliques (surtout que j'ai déjà lu une publication du docteur Rind qui va dans ce sens, et pour l'absence de libido je sais maintenant que ça vient de la faiblesse surrénalienne)
E
t puis en un an j'ai perdu une bonne partie de mes fesses moi qui étais avantagée à ce niveau, j'en revenais pas quand je me suis regardée. Au-moins maintenant je sais c'est quoi des fesses aplaties...
A
ndy Cutler a écrit des choses qui m'ont rassurée quant à prendre du cortisol et je l'envisage sérieusement. Faut dire que tu ignores ce que j'ai vécu ces temps-ci... J'ai même dû tester la rhodiole et la réglisse.
B
ref je vois même pas pourquoi je te réponds puisque tu n'es pas encline à m'aider.
e
t je n'insisterai pas car je sais que ce serait inutile
t
u vas aider celles que tu aimes et laisser les autres cheminer seules
n
os chemins se séparent

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Aoû 2018 10:25 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 97
Coucou Plûme,

Reste à nous en sortir nous même avec notre ignorance.
Côté physique, j'ai un aspect notablement féminin avant toutes hormones. C'est surtout la tête qui cloche, mais ce sera du ressort chirurgie.
Même les seins, un souvenir bienvenu du S.... utilisé massivement contre les nausées liées aux migraines
De ce côté ce n'est pas un problème pour moi.

J'ai entamé la THS contre les migraines, l'effet MtF est secondaire. J'apprécie les effets sur le mental et la peau.
L'effet contre les migraines s'avère très bon et j'ai quelques soupçons de devoir appliquer une cyclisation ( mais pas au sens Wiley ni Rania ) vu une périodicité presque lunaire. Un cycle accompagné, mais pas forcé dans mon cas.
Les migraines, avant les hormones, étaient intenables. J'ai trouvé moi même la méthode, méthode connu dans le cas de présence d'ovaires mais inconnue pour mon cas ! Cela pose au passage des questions sur ma nature vraiment XY ou XX ? Du moment que je m'en sort, peu importe.

Pour l'aspect cortisol.
La cyprotérone a une interaction sur le cortisol ( Vidal ).
C'est l'autre sens qui t'intéresse.
Dans l'autre sens et autres hormones je ne sais pas.
Je vais voir côté production des hormones au sein du système nerveux.

Sur le système digestif peut être. PPIs ?
Hors les effets sur l'absorption par voie digestive.

Je vais essayer de trouver des éléments fiables ( sans interprétations personnelles, non médicales ) de source médicale.

Bises,

Meáv


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Aoû 2018 10:53 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour,

@Plûme

Que ne comprends-tu pas dans mon attitude? Elle est simple à comprendre pourtant : tu ne peux pas me cracher à la figure puis te pointer en face de moi comme si de rien n'était! Là encore tu rejettes la faute sur moi alors que c'est toi qui a démarré les hostilités (j'ai pour principe de ne jamais démarrer les hostilités mais quand j'utilise mon droit de réponse, il sera forcément violent)

Je peux protéger quelqu'un des inepties du net, voire celles du monde médical... mais je ne peux pas protéger quelqu'un contre lui même. Comme je te l'ai déjà dit, tu es ta propre ennemie mais tu ne le reconnais pas. Là encore tu t'acharnes à vouloir trouver tes réponses dans les travaux de Culter et de Rind (Laurel et Hardy...) alors même que je t'ai déjà dit que ce n'était pas la voie selon laquelle il fallait s'orienter!

Ensuite tu t'obstines à penser que tu as un souci d'hypocorticisme (pourquoi pas?) mais sans aucun test de confirmation biologique (réserve de cortisol par test au Synacthène)... Tu te bases sur la concordance plus ou moins hasardeuse entre tes symptômes et les travaux de Laurel et Hardy. Alors au fond qui joue à l'apprentie médecin? c'est toi et tu te massacres la santé. Est-ce que tu comprends cela? Non car tu signes et persistes dans la même voie...

Concernant l'intoxication mercurielle, oui elle a un impact négatif sur le THS mais pas là où tu l'imagines (et non le mercure n'obstrue pas les récepteurs : les récepteurs aux hormones stéroïdiennes ne sont pas des récepteurs de surface type tunnels mais des récepteurs cytosoliques qui passent en intranucléaire)... Mais cela implique de connaître un très grand nombre de voies métaboliques, ce dont je doute fort pour les travaux des 2 zozos... car le THS interfère sur de nombreuses voies métaboliques et ces dernières aussi agissent sur le THS. C'est pour ça que l'hormonologie MtF est un volet totalement à part en endocrinologie!

@Meav

Ta situation n'est pas comparable à celle de Plûme qui pense qu'elle a un hypocorticisme alors que toi dans le cadre d'un choc psy, c'est l'inverse : augmentation de la sécrétion de cortisol...!

Donc sur un plan strictement médical, les 2 situations sont à l'opposé donc pas transposables.

Pour la cyclisation, je te déconseillerai de jouer à l'apprentie médecin... même les endos civils qui s'y connaissent se cassent la figure car il y a un algorithme d'adaptation posologique spécifique conçu à l'origine par ma mère puis remanié par ma cousine en charge du secteur endocrinologie (propriété intellectuelle militaire de ma famille je précise... donc inutile d'espérer de me voir sortir ça un jour)

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 07 Aoû 2018 12:40 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 97
Bonjour Rania,

Je n'ai pas considéré que les 2 cas étaient similaires.
Le point commun est la cortisone, et, selon, partager mes infos ( strictement sources médicales ).

Par conséquent, je cherche dans cette direction et je ferai le tri entre hypo et hyper.

J'ignore si les infos sur la cortisone présentent un intérêt pour mon cas, ou si ce sera seulement un intérêt intellectuel.

Pour la cyclisation, j'aurais aimé utiliser un autre terme car cela prête avec les cyclisations que tu connais.
Jusqu'à présent je n'utilise que l'estradiol et je profite d'avoir de la marge avec mes flacons pour pousser légèrement la dose aux débuts de périodes "rouges" ( = avec les migraines ). Le résultat est bon.
C'est un accompagnement de mon cycle ( qui n'est pourtant pas censé exister dans le cas XY ! ), et non pas un cycle forcé par les fluctuations de doses des méthodes Wiley ou militaires.

J'ai conscience que c'est relativement facile avec le seul estradiol.
Le suivi est facile pour les dates avec Excel.

Si j'utilise E2 + CPA + P4, tout cela tombe à l'eau et peut s'avérer risqué.
Je ne vais pas exposer publiquement vu le danger comment je vais faire le moment venu, d'autant que mon cas n'est pas le MtF habituel ici.
Je ne suis pas idiote non plus et je compte bien m'en sortir car je n'ai pas le choix, plutôt crever que de retrouver ces +"*ç% de migraines.

Les migraines ne sont pas ta spécialité ( merci tout de même pour quelques conseils ) aussi je n'ai pas d'autre solution que d'en sortir seule. J'ai déjà trouvé une première solution sans médicaments et maintenant, après PTSD, une 2eme fois avec l'estradiol. Méthodes non classiques évitant l'enfer des médicaments.

Oui, j'ai bien l'intention de m'en sortir, seule si nécessaire.
Je ne veux pas retourner dans les médicaments ( ergotamine, triptans, bromazepam, Dalmadorm, Rohypnol, oxycodone,... ) en surdoses massives comme je l'ai fait, probable qu'avec l'âge cela me tuerais.

Oui, ma réaction est une réaction de désespoir. Je n'ai que cette solution ou crever. Je n'en peut plus.

Je te rassures : je n'ai pas d'intention suicidaire. Je saurais le faire ( sans Dafalgan ) sans me rater mais c'est contraire à ma conscience.
Si je m'y résout, ce sera j'espère proprement avec exit.ch par ex.

J'ai pour le moment une solution contre les migraines qui fonctionne. Cela va-t-il durer ( baisse du cortisol ? ) ou capoter lamentablement comme les traitements de fond habituels. Je ne sais pas.

Oui, j'ai un fichu caractère ( je suis une montagnarde ) tête de pioche moi aussi, je sais ce que je veux malgré énormément de douceur.

Je vais suivre tes conseils tant que je peux car ils sont judicieux. Je ne vais pas hésiter non plus à adapter à mon idée vu mon cas spécial.

J'ai obtenu des résultats improbables contre les migraines ( même ma généraliste préconise la méthode de ventilation ). Je compte bien m'en sortir avec les hormones, je ne suis pas idiote non plus et la difficulté ne me fait pas peur.

Je continue, seule s'il le faut.

Comme tu vois j'ai décidé de prendre en main mon traitement, selon mon idée s'il le faut. Contre tout avis médical si jamais ( déjà l'estradiol m'avait été totalement déconseillé ). Je ne suis pas du genre docile non plus. La soumission JAMAIS ! En restant correcte bien sûr.

Meav.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 12:49 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1413
Localisation: lyon 69006
très intéressant , a suivre

_________________
Longue vie et prospérité.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 12:53 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Ce sera sans moi en terme de données médicales! ce qui veut dire que je ne confirmerai ni n'infirmerai aucun propos médical qui sera tenu!

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 13:06 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Et pour quelqu'un qui a terminé sa transition, en quoi ça peut être intéressant de connaître les voies métaboliques annexes ce d'autant plus quand on a un super endo autrichien bardé de diplômes affichés au mur?

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 13:29 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1413
Localisation: lyon 69006
repose relativement simple et certainement inaccessible a un cerveau qui se pense supérieur a tous , Le savoir est une chose qui ne peut que faire progresser ! si la personne ne se préoccupe que de ce qui la concerne directement l’esprit serait étriqué et formaté sur nous ! comme je dit EGO EGO je te conseille la lecture de Foucault mais cela implique une remise en question du sentiment de supériorité, et oui mon endos est diplômé ce qui est normal après une longue carrière au service des autres et pourtant il n étale pas son savoir comme le beurre sur une tartine et reste a l’écoute de ses patients et se remets en question quand le traitement ne donne pas de résultats suffisant ! explique de façon clair en vulgarisant certaines choses sans prendre la patiente pour une sous doué ! et c est certainement pour cela qu il est chef de service en endocrinologie du protocole , par recherche internet j ai vu que son père était un des chercheur sur la procréation médicalement assisté et aussi sur la révision total des travaux Kaufman et pourtant il ne m en a jamais parler ni même laisser filtrer une info , et pourtant j ai passer pas mal de temps en consultation depuis 2013

_________________
Longue vie et prospérité.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 14:00 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Cela me fait sourire...

Sur quels critères évalues tu ton endo? car l'évaluation doit se faire non pas sur des critères subjectifs (style amabilité, compassion, écoute... critères non vérifiables) mais objectifs (niveau de compétences)

Ton endo a un diplôme tant mieux.... moi aussi j'ai un diplôme en tant que spécialiste en biologie médicale. mes compétences sont évaluées annuellement par plusieurs systèmes obligatoires : accréditation COFRAC obligatoire, sessions de formation externe annuelle, sessions de formation interne etc... Quand on évalue un nouveau bio qui rejoint le labo on a une grille d'évaluation plus qu'exhaustive! Ceci pour montrer que l'évaluation se fait par des bios qui ont un niveau de compétence équivalent ou supérieur au bio évalué... (au passage, pour avoir connu l'envers du décor des CHU, on ne devient pas chef de service forcément par compétences...!)

Maintenant prenons le cas d'une MtF (par exemple toi) qui évalue un médecin par exemple, 1 endo (j'exclue les chir dont l'évaluation est plus facile avec le caractère fonctionnel voire esthétique de la chirurgie pratiquée) : quelles sont tes compétences médicales - spécifiquement en endocrinologie - pour évaluer ton endo et dire que ton endo est compétent? Certes il vulgarise comme le font pas mal de médecins (généralistes ou spécialistes) mais comment évalues-tu la véracité de ses propos? Tu lis la littérature scientifique? si oui, à quelle fréquence? comment sélectionnes tu tes articles de lecture? etc etc.. Et toi, qui évalue tes compétences à toi ? et ainsi de suite... c'est un cercle vicieux mais c'est comme ça!

Car on ne peut évaluer une personne que si l'on a un niveau de compétences - dans le champ d'évaluation - supérieur ou égal à la personne qu'on évalue sinon l'évaluation tombe tout simplement à l'eau!

Cela peut te paraître une question d'EGO (tu ramènes toujours à cette question comme si Rania = EGO) mais cela est juste une question de logique et de bon sens : seul un médecin peut évaluer un autre médecin dans sa pratique professionnelle surtout sur des domaines bien pointus! et sûrement pas les patients à moins d'être soi même professionnel de santé bien entendu !

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 14:16 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
à titre d'info moi j'ai la chance d'être médecin ce qui me permet de gérer moi même mon THS (tant en prescription qui suivi bio) mais ce qui n'est pas le cas de toutes les MtF loin de là...

Quand je suis allée consulter la chef de service endo du CHU local, j'ai été abasourdie quand elle m'a dit que je devais monter à 100 mg ANdrocur, arrêter la progestérone qui ne servait à rien etc... Conclusion : je lui ai fait un topo de 20 minutes sur la prog, un rappel des objectifs en normes américaines en terme de féminisation etc... Résultat : elle m'a dit : "on ne peut pas se soigner soi même en tant que médecin" comme si mon cerveau avait besoin d'un tiers pour raisonner! Conclusion : je ne l'ai plus revue!

Corollaire : si cela était arrivé à une MtF lambda, elle se serait écrasée face au médecin sans pouvoir argumenter. Ce n'est pas parce que j'ai été gâtée par ma famille sur e plan bagage scientifique que cela doit m'empêcher de penser aux autres filles qui n'ont pas eu les mêmes possibilités que moi...

Ce que tu prends pour un étalement de confiture sur une tartine, c'est juste une volonté d'armer les filles face à leur endo pour qu'elles puissent négocier leur THS (ce qui est quasi impossible sans connaissances médicales poussées)... Et c'est ça que j'apporte : ce qui fait cruellement défaut : ce sont les connaissances scientifiques pour comprendre le THS mais surtout pouvoir argumenter face à un endo qui est nul... Si un endo voit qu'une patiente lui résiste, il sera beaucoup plus pointilleux (pas forcément plus compétent) dans ce qu'il va prescrire... Mais si la patiente se laisse faire, elle se fera piétiner par le système!

D'où question : qui - à part un médecin - peut apporter des connaissances médicales suffisantes ? Mais il va de soi que je ne les apporte pas à n'importe qui (uniquement celles qui savent respecter le savoir... pas celles qui sont capables de croire aveuglément un endo, fut-il bardé de maints diplômes car le nombre de diplômes ne témoigne pas de l'intelligence d'utilisation de données)

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 14:59 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Jan 2015 13:34
Messages: 1413
Localisation: lyon 69006
pour un médecin l évaluation de son parcourt est souvent intéressant ! Agrégé supérieur de recherche au USA dans le domaine de l’obstétrique et de l endocrinologie , enseignement universitaire a Vienne avec le titre d' Außerordentlicher Universitätsprofessor . Chercheur dans le domaine de la génétique et dans la recherche sur les cellules souches , a fait une partie de ses études au USA a Chicago et a participé aux recherche du dr Yuri Verlinsky .a bénéficié de la bourse Fulbright à l’Université de Louisville pour des travaux sur les récepteurs hormonaux et je passe les brevets et publication , c est un chefs de service qui n'a pas le melon même si il délègues a ses médecin pour les visites de contrôle et les prescription nous le voyons souvent pour faire le point , donc oui pour moi c est un spécialiste dans son domaine capable d étayer ses prescriptions

_________________
Longue vie et prospérité.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 08 Aoû 2018 15:29 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Ok mais le parcours ne suffit pas à lui seul : beaucoup de publications sont souvent réalisées par les collaborateurs et non le chef de service lui même (qui appose quand même son nom même s'il n'y a rien fait : chose facile à détecter dans l'ordre des participants : les premiers sont ceux qui ont galéré et le dernier est celui récupère les lauriers... subtilité du monde scientifique que peu connaissent)

Alors tu peux avoir 50 publications mais question : dans combien est-il en première ou seconde position (ce qui signe que c'est lui qui a bien bossé et non ses adjoints)?...

Le parcours est comme en France : je connais des médecins de ma promo qui ont fait des stages à l'étranger, certains sont devenus chefs de service... mais l'expérience montre qu'ils sont super pointus dans la pointe d'un domaine mais pas forcément capable d'avoir une vision ensemble (vision que pourrait avoir un médecin généraliste par exemple qui sait que s'il donne ça, cela va impacter telle chose etc). tous les étudiants en médecine ont connu dans leur cursus des chefs de service qui n'y connaissaient rien (cela arrive bien plus souvent et pourtant des PU-PH bardés de diplômes.. etc)

Tu te bases sur des éléments certes objectifs en apparence mais qui font état de son parcours universitaire (recherche médicale et enseignement) mais qu'en est-il de son cursus médical?

Ce que j'essaye de te faire comprendre, c'est que dans toute évaluation d'une personne il faut savoir être critique et pas dire amen (exemple : tu prends un ministre quelqu'il soit : les citoyens ne l'évaluent pas parce qu'il a fait l'ENA mais vont l'évaluer sur les résultats et là encore : certaines personnes vont évaluer positivement sur ce qui les concerne alors que d'autres catégories de population peuvent être impactées négativement... Cela s'appelle un biais subjectif d'évaluation).

Toi tu l'as évalué positivement en étant éblouie par ses diplômes et son parcours et surtout en mode relatif par rapport à ce que tu as connu en France avec les doses de mamie ménopausée mais cela signifie-t-il que ton évaluation est pertinente ? NON car elle reste purement subjective : tu as vu son parcours, tu as comparé par rapport à la France, tu as vu que ça marchait sur toi donc tu as une évaluation positive... Mais cela aurait-il été de même si cela n'avait pas marché? je ne pense pas... De plus sais tu combien de femmes trans sont en échec dans ses protocoles? Enfin il y a un autre biais d'ordre médical propre à ton cas : tu as eu un grand nombre de chirurgies ce qui implique qu'il est difficile d'évaluer la part des choses entre un THS bien conduit (part médicale) et l'impact de la chirurgie (part chirurgicale).

Personnellement, que tu sois fan de ton endo ou pas m'importe peu. Mais c'est juste pour te dire de garder l'esprit critique : un médecin que tu vois en réel même avec un super parcours de recherche universitaire peut cacher des lacunes (que tu n'es pas à même d'évaluer faute d'avoir un niveau égal ou supérieur) alors qu'une simple femme médecin biologiste - et trans de surcroît donc bien mieux placée que les médecins cis - (que tu crois virtuelle) peut receler bien des trésors de connaissance...

A titre de contre-exemple, mon père a eu le malheur de connaître un ophtalmo qui était bardé de diplômes (il a exercé 1 an aux USA!) et qui exerce toujours en clinique privée... il a massacré au niveau opératoire les yeux de mon père avec une baisse d'acuité visuelle qui fut vertigineuse (passage de 6 à 1) et mon père est resté ainsi aveugle jusqu'à la fin de ses jours... Depuis ce temps en étant devenue médecin, j'ai appris à me méfier de tout ce qui est trop beau au niveau médical, trop "parfait" qui peut sonner faux... C'est ce que j'apprends toujours aux filles de l'autre forum : "soyez toujours critiques sur les données médicales et scientifiques (même envers moi! donc posez des questions)"

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 12 Aoû 2018 03:31 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 584
Rania... Je comprends juste pas qu'on puisse pas faire la paix et oublier le passé. Oui c'est toi qui veux pas tirer un trait, je suis gentille là... Et puis même si j'ai lancé les hostilités, je dis ce que be pense quand je suis heurtée et ça c'est sain !

S
i tu me dis de ne pas suivre une voie sans me dire laquelle suivre à la place c'est inutile ! Je ne peux suivre que ce que je connais... Je suis cette voie car ils s'y connaissent et que je leur fais confiance. Que dois-je faire ? Dis-le... Prendre un anti-androgène ? Ou lire quelles publications ? Aller voir quel spécialiste quand tu reconnais toi-même qu'il n'y en a pas ? Je ne comprends pas...

E
nsuite je peux pas faire de test au synacthène ni rien, c'est trop tard, il y a de petites doses de cortisol dans l'extrait cortico-surrénalien qui me maintiennent en vie et qui fausseraient tout examen. Si je me soigne pas comme ça je peux pas assumer mes journées et je vais mal tourner. Parfois quand je marche dans la rue je suis si faible que j'ai des sortes de vertiges. Si je tombe dans les pommes je vais me retrouver à l'hôpital. Lors de mon dernier séjour à l'hôpital j'ai é intoxiquée au mercure, visiblement par des piqûres à l'éthylmercure pendant une période d'observation. J'étais déjà intoxiquée de manière gérable et ça m'a donné le coup de grâce. Les symptômes se sont développés dans les mois qui ont suivi. Aujourd'hui ma santé s'est trop dégradée et si je dois retourner à l'hôpital ça va recommencer et cette fois je n'y survivrai pas. Inutile de penser à leur dire "ne me faites pas ceci", "ne me faites pas cela", même s'ils m'écoutent la communication ne se fera pas et ils n'en feront qu'à leur tête.
D
onc que dois-je faire ? Aller voir un(e) endocrinologue qui va me rebuter car on ne pourra pas faire d'examen sans devoir arrêter mon soutien au point de risquer ma vie, aller voir un médecin qui va me donner 20 mg de cortisol par jour histoire de bien tuer ma production endogène et de me rendre dépendante à vie ou écouter les conseils de Cutler et me maintenir avec l'extrait cortico-surrénalien en attendant de guérir ?
Q
ui véritablement me massacre la santé et ne fais-je pas de mon mieux vue ma situation ? Comment choisir une autre voie quand je n'essaye que 0,25 mg de cortisol exogène sans même le supporter ?

M
eav je vois que tu mentionnes le système digestif mais je comprends mal ce que tu veux dire, du coup je précise qu'une fonction surrénalienne correcte étant nécessaire pour la digestion et comme j'avais de sérieux symptômes d'insuffisance à ce niveau j'ai récemment commencé à prendre des gélules contenant pepsine et chlorhydrate de bétaïne, c'est bon à plusieurs niveaux

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 12 Aoû 2018 10:34 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour Plûme,

Faire la paix implique d'avoir la certitude que les incidents précédents ne récidivent pas... Or les incidents diplomatiques sont légions avec toi. Une fois ou 2 fois je peux accepter mais pas quand cela devient récurent... Donc même si j'admettais de vouloir faire la paix, je ne suis absolument pas certaine que tu ne vas pas trahir de nouveau ma confiance. Avec moi une fois qu'on perd ma confiance, il n'y a pas de retour en arrière. Oublier le passé impose que le retour à la normale soit permanent mais sois franche : tu demandes à faire la paix uniquement parce que tu as besoin de mon aide et non par pure "amitié" (en supposant qu'il y en ait une à un moment donné) donc c'est uniquement par intérêt et non par un repenti sincère...

Je ne suis absolument pas certaine que ton extrait surrénalien t'aide à quelque chose car c'est de l'homéopathie donc dose faible pour ne pas dire insignifiante vu la quantité de cortisol nécessaire à l'organisme. A cela s'ajoute le risque d'allergie que tu peux développer car c'est un extrait animal, sans compter le risque que tu peux développer des anticorps contre l'extrait surrénalien donc par effet d'analogie, des auto-anticorps contre tes propres surrénales...

Il est possible d'arrêter ton extrait surrénalien en hôpital de semaine en endocrinologie donc sur surveillance médicale stricte. Donc dire qu'il n'y a pas de solution est faux. Autant les endos n'y connaissent pas grand chose en hormonologie MtF (je suis la première à le dire) autant pour les surrénales, ils se débrouillent bien (du moins en hospitalier).

Après je ne vais pas te cacher que je n'ai rien compris à tes injections d'éthylmercure car je ne vois pas l'intérêt pour le personnel hospitalier de t'en faire délibérément! Je ne cherche pas non plus à comprendre... car ça devient compliqué de suivre ton intoxication mercurielle (prouvée ou pas?) car si tel est le cas, pourquoi n'as tu pas un traitement adéquat? enfin bref, autant de prise de tête inutile pour moi (j'ai bien d'autres chats à fouetter!)

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 13 Aoû 2018 09:02 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 97
Hello Plûme,

J'ai recherché des infos sur les interactions cortisol - hormones sur des sites officiels tels que les université, FDA,...
Je n'ai rien d'utilisable dans ton optique.

J'ai hélas l'expérience de devoir soigner par des corticostéroïdes. C'est du lourd et la supervision par un médecin est impérative, y compris pour le sevrage.
Ne bricole pas avec ces produits sans l'avis d'un(e) spécialiste.

Rania : +1

L'ethylmercure.
Je n'ai rien compris non plus. J'ai pourtant été concernée par le mercure et ses dérivés organiques professionnellement ( mesure d'ultra traces par AA sans flamme ), mais pas sur ses effets médicaux.
Á noter que la chimie des organomercuriels est très différentes de celle du Hg+ et Hg++ ioniques.

Au regret de ne pouvoir t'aider.

En te souhaitant de trouver une solution à tes problèmes,

Bises,

Meáv


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 14 Aoû 2018 00:53 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 584
Rania : tu parles de trahir ta confiance mais moi si je me plains c'est que je suis déçue. Ça marhe dans les 2 sens. ça suggère qu'on est trop différentes et qu'on ne doit pas pouvoir s'entendre
J'a
urais aimé pouvoir m'entendre avec toi même si je n'avais pas eu besoin d'aide. je n'ai pas à me repentir de dire ce que je pense (la preuve ça me coûte ton aide donc c'est que mon authenticité m'importe)

L'e
xtrait cortico-surrénalien homéopathique apporte un soulagement au bout de quelques minutes après qu'il ait fini de fondre. Ce n'est qu'un petit soulagement si je suis à un moment où le mal est fort. Quand je suis vraiment très mal je peux devoir en prendre plein de fois de suite avec seulement quelques instants entre chaque prise. Ça finit par aller mieux au bout de quelques heures.
J'a
i aussi récemment essayé l''extrait cortico-surrénalien bovin non-homéopathique. Il me parait plus puissant mais faire effet plus lentement.
À l'a
rgument de dose faible j'objecte qu'une dose faible de cortisol semble déjà beaucoup trop importante pour moi, il y a peuttre matière à interprêter ici.

j
e me répète mais l'hôpital n'est pas une solution envisageable pour 3 raisons :

1 j
e ne supporte tellement pas d'être immobilisée que je pourrais m'en échapper pour éviter de déprimer (tellement pas que je fais de l'exercice ces temps-ci alors que c'est contre-indiqué et que ça a déjà aggravé l'état de mes surrénales, c'est pour ça que je dois me bourrer d'homéopathie et j'assume car si je ne pouvais pas sortir je penserais sérieusement au suicide donc c'est un risque pire)

2 é
tant immobilisée à l'hôpital je serais inoccupée et ainsi hyper-concentrée sur mes ressentis ce qui amplifiera mes maux et me donnera l'impression d'aller plus mal ou au contraire si on m'ensuque de substances j'aurai une fausse impression d'aller mieux, dans chaque cas je ne pourrai pas aiguiller correctement mes soigneurs sur le plan clinique, ma condition habituelle de vie est donc nécessaire

3 P
oint le plus important : je me répète mais étant immobilisée on risque de me faire des piqûres dans les cuisses pour pas que ça se nécrose ou je ne sais quoi de ce genre (on me l'a fait allègrement lors de mon précédent séjour alors que je ne demandais que de bouger) et ces préparations contiennent du mercure comme conservateur/antibactérien du style thimérosal qui contient 50 % d'éthylmercure. Un séjour à l'hôpital est une source possible d'intoxication au mercure !
E
t cela doit être ignoré par au-moins une bonne partie du personnel soignant.

L
e mercure étant très liposoluble il finit rapidement dans les cellules, le cerveau, les reins, les surrénales, le placenta sont ses cachettes de prédilection. Cela fait qu'au bout de maximum 3 semaines après l'exposition on ne le retrouve plus sur un bilan sanguin, grand maximum 7 ans il n'apparait plus sur un test de cheveux. À partir de là il reste le plan clinique et notamment certains panels de carences en minéraux essentiels et intoxications aux métaux lourds pour mettre en évidence une intoxication au mercure. Lire Cutler.

E
t enfin que veux-tu que j'aie comme traitement contre ceci à part la chélation ? Il n'existe nulle baguette magique pour faire disparaitre tout ça. Traiter les troubles plutôt que leur cause ? Il y en a trop et ils diffèrent énormément d'un sujet à l'autre en fonction de sa génétique et de sa situation actuelle. Ce ne serait que déplacer le problème en attendant qu'il ressorte de l'autre côté du tapis. Comment le monde médical saurait traiter tout cela ? C'est justement l'objet du livre the Amalgam Illness dont vous devinerez l'auteur.
C
haque fois que j'explique un minimum d'astrométrie, de musique modale ou sur mes inventions aux gens je reçois des "oh-la-la c'est trop compliqué". par ton "prise de tête" tu me rappelles cette réaction qui prouve que l'interlocuteur n'y connait rien et est pommé (voire n'a pas envie de faire le moindre effort mais en général n'est tout simplement pas capable de suivre)

M
eáv : dans mon cas c'est du léger pour ne pas supprimer la fonction HPA (pour une fois je vais utiliser un sigle) et seulement soutenir la réponse à la demande trop forte en cortisol sans épuiser les glandes encore plus, j'ai un protocole et des instructions pour ça

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 14 Aoû 2018 10:22 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 97
Hello Plûme,

Tu me fais très peur avec ta pseudo médecine.
Sans être médecin ( je suis chimiste ), c'est du n'importe quoi.
Manque de cortisol ? Je ne peux diagnostiquer si c'est ton cas, il faut le vérifier ( -> analyse ).
Si une méthode ( syn. ) ne vas pas, on procède autrement.

La chélation ( ou complexation ), c'est mon domaine in vitro.

J'ai trouvé des infos sur la méthode Cutler.
Du mercure ? Alors on chélate !!!
Oui, mais on chélate tout et n'importe quoi. La plupart des métaux ( oligo éléments ), même le calcium des os.

Je crains fort que dans ton cas tes problèmes supposés de mercure finissent, par la chélation, en carences minérales multiples.
J'ai connu un cas de ce genre, avec l'EDTA comme chélateur. Des tas de symptômes bizarres et faiblesse générale...
Des 'mangeurs de lessive' ( -> chélate: NTA ) ont aussi eu ce genre de problèmes.

La chimie du mercure est complexe. Il se fixe volontiers aux protéines soufrées et on peut tout simplement l'oublier. Manger des haricots rouges ou du choux est le meilleur remède bien souvent pour des traces de mercure.
De plus, nombre de composés soufrés formés avec le mercure ne sont pas accessibles aux chélates et restent en place sans être éliminés. Le sulfure de mercure est très stable et reste sous cette forme.

Rania te mets en garde en exprimant son point de vue médical.
Je te mets de même en garde selon mon point de vue chimique.

Nous sommes 2 à te mettre en garde, et nous ne sommes pas n'importe qui.
Nous ne voulons pas t'em...., tu te mets en danger et c'est du sérieux.

Bises,

Meáv


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 14 Aoû 2018 10:57 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour Plûme,

1/ je pense que tu as oublié un détail important : tu as craché ton fiel il y a plusieurs mois de cela après avoir eu une (pseudo) certitude que je ne pourrais pas t'aider dans ta soi-disante intoxication mercurielle. A ceci près que les choses ont évolué depuis! C'est parce que tu t'es basée sur les travaux de Cutler et que tu es en situation d'échec thérapeutique que tu viens de nouveau me demander mon aide (donc ne me dis pas que c'est parce que tu veux t'entendre avec moi... j'estime que c'est juste du foutage de gueule - et encore je suis polie). Ne viens pas me dire que ta sincérité t'a coûté mon aide alors que tu ne l'as jamais foncièrement été... au point de sortir des avis médicaux à tout va sans rien maîtriser du tout!

2/ pour une hospitalisation : tout ce que tu racontes, c'est un tissu de conneries et je pèse mes mots !

- en hôpital de semaine, tu n'es pas immobilisée : tu es libre de tes mouvements. J'ai été en stage en hôpital de semaine en endocrinologie quand j'étais interne donc je sais très bien comment ça se passe : les patients qui viennent pour éducation dans le cadre d'un diabète ne sont jamais sous héparine à visée préventive.

- si tu racontes qu'une immobilisation pose soucis, je ne sais pas comment tu as fait pour être opérée (2 fois je crois, d'après l'un de tes posts)

- en cas d'immobilisation, les injections ne sont pas faites pour éviter une nécrose mais pour éviter le risque thombo-embolique (phlébite en terme plus simple). Ce sont des héparines de bas poids moléculaire que l'on administre. Etant donné que tu as sorti le fait que les injections contenaient du mercure, je me suis amusée à vérifier la composition de toutes les héparines à visée préventive :
* daltéparine (Fragmine) : chlorure de sodium, eau
* énoxoparine (Lovenox) : alcool benzylique, eau
* tinzaparine (Innohep) : acétate de sodium, hydroxyde de sodium, eau
* fondaprinux (Arixtra) : chlorure de sodium, acide chlorhydrique, hydroxyde de sodium, eau
* ndroparine (Fraxiparine) : hydroxyde de calcium, eau

Donc dans tout ça, où vois-tu la présence de mercure???

3/ pour la chélation : plutôt que de donner un chélateur chimique, il est infiniment plus simple de forcer l'organisme à utiliser son propre système de détoxification. Le THS interfère avec ce métabolisme donc il faut savoir utiliser cette voie à bon escient... Et non, je ne te donnerai pas la solution.... puisque tu t'obstines dans tes positions pseudo-médicales!

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Aoû 2018 04:39 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 584
Meáv tu n'es pas obligée de singer l'irrespect de Rania je te cite "c'est du n'importe quoi" alors que tu ignores la situation. On a assez d'une Rania ici. Venant d'elle ça passe car elle nous y a habitué mais venant de toi je trouve ça déplacé. Il y a pas à douter que je manque de cortisol vu que tout concorde aussi bien dans les étiologies sur le plan clinique. Faire des examens je ne serais pas contre mais qu'on ne me fasse pas arrêter la seule chose qui me maintient. Les médecins risquent de ne pas vouloir. ou alors je continue en douce, de toute manière le manque sera toujours assez visible
Q
uelles autres méthodes que le synacthène proposes-tu-donc, je t'écoute.

C
hélater n'est pas juste complexer. L'EDTA ne chélate pas le mercure, il le complexe et le complexe a plus facile à rentrer dans le cerveau. Le docteur Cutler répète bien de ne pas prendre d'EDTA tant qu'il y a du mercure en nous ! Un vrai chélateur comme le DMSA, le DMPS et l'ALA a au-moins 2 groupes thiols assez proches dans la molécule pour pouvoir prendre le mercure en tenaille et que le complexe stable ainsi formé puisse être raccompagné vers l'extérieur de l'organisme. Les 'chélateurs' naturels à 1 seul thiol comme la chlorella remuent le mercure et augmentent les symptômes, ils ne le chélatent pas.

L
e docteur Cutler sait ce qu'il fait. Pourquoi te crois-tu en position de remettre en question son travail alors que tu n'as dû lire sur la question que quelques minutes ? Comme pour toutes les autres personnes à la critique hâtive de ton espèce je dois indiquer qu'aux petites doses recommandées les chélateurs ne chélatent pas les minéraux essentiels. Le DMSA chélate le mercure et le plomb, rien d'autre ; l'ALA le mercure et l'arsenic ; le DMPS le mercure et quelques métaux lourds. C'est du simple bon sens que quelqu'un de son envergure ne nous fasse pas nous déminéraliser, contrairement à ce qui se passe lors des dangereuses chélations par intravaineuse !

A
u contraire de ce que tu avances, une fois le mercure sorti l'organisme parvient à conserver ses minéraux et à se détoxifier tout seul, ce n'est que bénéfique...
M
anger des aliments soufrés : ben voyons, si c'était aussi simple ! Une bonne proportion des gens intoxiqués, plus précisément ceux à la cystéïne élevée ne tolèrent tout simplement pas les aliments riches en soufre. Voilà de quoi passer un sale quart d'heure ! Tout ce qu'on obtient est de redistribuer le mercure et d'aggraver son état.
E
n bref tu ne sais pas de quoi tu parles comme les autres personnes qui veulent s'attaquer à ce sujet. Je vous invite à lire les publications du docteur Cutler avant de raconter des sornettes sur la question. Le meilleur moyen d'être en sécurité c'est de suivre ses conseils. Par rapport à lui si vous êtes n'importe-qui. Je suis désolée de le dire. Vous n'êtes connues pour nulle recherche, n'avez sorti nul livre, n'êtes pas spécialiste de la question, n'avez aidé personne à guérir. Pensez à mieux vous renseigner...

R
ania tu mélanges 2 choses. Facile pour brouiller les pistes ! Il est évident que je ne te demanderais pas d'aide concernant l'intoxication au mercure, c'est à propos du traitement hormonal que je t'en demandais. Je ne me suis pas basée sur les travaux de Cutler pour le traitement hormonal, je ne vois pas le rapport, et c'est ce dernier qui dysfonctionne !
C
e qui s'est passé est que j'estimais que tu te comportais mal et qu'à un certain moment j'ai arrêté de le cacher donc je te l'ai fait savoir. Au début je le cachais car tu m'avais un peu aidée et que je voulais être gentille. Donc au final c'est bien de sincérité qu'il s'agit. J'aimerais m'entendre avec tout le monde mais la condition est que le comportement ne me heurte pas, corresponde à des valeurs justes et équitables.

P
our l'hospitalisation très bien mais je ne peux pas savoir à l'avance ce genre de choses. Et s'il y a une surprise qoi change la donne, et puis il peut y avoir d'autres sources d'intoxication. Je devrais demander en permanence "qu'est-ce que vous me faites/donnez/mettez", demander à voir la composition etc. Tout ceci ne m'emballe pas.
P
our être opérée c'est très simple je me suis arrangée pour rester moins de 24 h avant de sortir et pendant cette durée j'ai pris sur moi. De toute manière j'avais mal et je somnolais un peu.
E
nsuite pour les produits les compositions ont pu changer c'était y a plusieurs années, ou alors ce qu'on m'administrait était autre chose que ce que tu crois, ou tout simplement il provient d'une autre préparation que celle-ci que j'ai mentionnée, on ne m'a pas fait que ça pendant tout le temps que j'avais passé à l'hôpital ! J'ai d'autres idées mais ce serait sûrement trop dur à investiguer.

E
nfin pour les personnes trop intoxiquées et saturées de partout ta solution ne fonctionne pas, l'organisme submergé n'y parviant plus, il faut du radical d'où la chélation. Mais sinon le docteur Cutler est pour la sélénométhionine, surtout pas de sélénites ni de cystéïne ni de glutathion ! L'inciter à produire plus de glutathion est bon, lui en donner de force ne l'est pas. Il conseille aussi la glutamine et la glycine dans un ratio 2/1. La glutamine a de bons effets partout et notamment au niveau intestinal. Je ne sais pas tout. Il y a les saunas aussi.
J
e m'obstine dans ce qui marche et aussi dans ce que j'ai à me mettre sous la dent. Je te remercie de ta sollicitude et de ta grandeur d'âme mais l'avarice n'apporte rien et de mon côté je trouverai bien en quoi les hormones sexuelles interfèrent sur les voies de détoxification. Je suis en contact avec des connaisseurs qui partagent l'information et qui prennent plaisir à le faire. Je te souhaite une très bonne journée.

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Aoû 2018 09:06 

Inscription: 21 Mai 2018 08:27
Messages: 97
Hello Plûme,

Désolée mais matière de chimie je connais fort bien le domaine.
Il faudra démontrer que chélater diffère de complexer, en chimie 'classique' c'est synonyme.

L'EDTA forme des complexes avec le mercure. Cherches une table des constantes de stabilité Ks ou des betas, ou Google, et tu verras.

Tu t'obstines dans une voie dangereuse au point que tu penses que c'est moi qui déraille !
Inutile que j'en rajoute. Je ne vais pas perdre mon temps à reprendre tout le reste.

"Je singe Rania" !

La meilleure.
J'ai voulu faire une exception vu que tu es sur voie dangereuse.
Rania a tenté d'apporter son aide sur le forum. En retour elle a surtout reçu des critiques, parfois odieuses et révoltantes.
Oui, je vais aussi 'singer' Rania :
Je n'apportais déjà plus d'aide médicale, faute de compétence suffisante. Les bonnes intentions ne suffisent pas.
Rania m'a bien 'remis les pendules à l'heure' à juste titre dans ce domaine. J'accepte la leçon car c'était mérité.
Je renonce et je ne vais apporter désormais plus non plus d'aide technique / scientifique dans ma spécialité ( pas seulement chimique ) sur le forum, même en cas de danger. Peut être une mise en garde laconique, mais j'insiste sur le -peut être-.

Il y a déjà quantité d'erreurs médicales évidentes ( à mon niveau médical rudimentaire ) sur le forum, c'est probablement pire vu par un médecin.
Je n'ai aucune envie d'y intervenir, ni le temps. Pire encore si je dois recevoir des coups de bâton en retour.

Rania a cessé ses conseils médicaux sur le forum, il est hors de question que je prenne le relais, même à un niveau rudimentaire.

Oui, c'est mon coup de gueule.

Meáv.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 15 Aoû 2018 10:14 

Inscription: 16 Mai 2017 10:08
Messages: 483
Bonjour, Plûme

L'EDTA n'est pas un simple chélateur pour le mercure. Il chélate tout cation divalent.

L'exemple le plus caricatural est qu'il est utilisé comme anticoagulant dans les tubes à bouchon mauve dans les laboratoires d'analyses médicales (donc dans mon domaine directement) : l'EDTA a un effet anticoagulant car il complexe les ions Ca2+ nécessaires à la coagulation!

Donc penser qu'un chélateur va se contenter de chélater juste les métaux lourds est de l'utopie puisque cela va chélateur tous les cations divalents même physiologiques comme celui qui est prépondérant : le calcium!

Une chose m'intrigue : comment vas tu faire pour ta SRS puisqu'elle impose des injections d'héparine, une immobilisation etc...?

Tu veux utiliser différents acides aminés : pourquoi pas?... mais le principe d'une alimentation équilibrée est d'apporter les acides aminés dans une proportion EQUILIBREE. Donc si tu apportes certains acides aminés plus que d'autres, tu vas déséquilibrer certaines voies métaboliques en les favorisant au détriment d'autres... AU FINAL : plus de dégâts que d'autres choses! (exemple : la glutamine est un acide aminé double donc l'apport d'un radical NH3 va activer le cycle de l'urée en excès : ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres!)

Rania


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: 18 Aoû 2018 00:47 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Jan 2017 17:58
Messages: 584
"en chimie 'classique' c'est synonyme"
J
e sais bien, je parle au sens de le rendre éliminable comme on fait dans le protocole.

"L'EDTA f
orme des complexes avec le mercure."
j'a
i pas dit le contraire, j'ai expliqué en quoi il ne convient pas

"T
u t'obstines dans une voie dangereuse au point que tu penses que c'est moi qui déraille !"
D
onc tu as un niveau supérieur à un doctorat en chimie et médecine biologique pour pouvoir le juger, avec la quantité de personnes que son protocole a guéri ?

"E
n retour elle a surtout reçu des critiques, parfois odieuses et révoltantes."
A
u-moins ton parti pris est mis en lumière ! Tu n'étais même pas inscrite pour en juger, tu la vénères donc à ce point pour parler à sa place et oublier ton propre jugement ?

"P
ire encore si je dois recevoir des coups de bâton en retour."
T
u attaquais un truc que tu ne maîtrises pas du tout et avais joué double-jeu avec moi en privé pour me soutirer des renseignements, mon ton était légitime. Puis y a plein d'autres gens que moi ici et ce sont elles et eux qui demanderont de l'aide ! Donc renoncer en me rejetant la faute dessus est un mélange de mauvaise volonté et de mauvaise foi.


J
e sais bien que l'EDTA complexifie tout et n'importe-quoi y compris le calcium, ça arrange bien l'industrie cosmétique qui se dédouane en cachant la toxicité de ses produits comme ça vu qu'on en retrouve partout.
"p
enser qu'un chélateur va se contenter de chélater juste les métaux lourds est de l'utopie"
N
on, d'abord l'EDTA ne fait pas partie du protocole, il ne se comporte pas comme les vrais chélateurs, et puis encore une fois aux petites doses qu'on prend nos chélateurs ne peuvent pas toucher aux minéraux essentiels.

"U
ne chose m'intrigue : comment vas tu faire pour ta SRS puisqu'elle impose des injections d'héparine, une immobilisation etc...?"
S
i j'ai tenu jusque là, je prendrai sur moi, j'essayerai de régler la question du mercure, et je prierai.

"a
cides aminés : pourquoi pas?... mais"
J
e suivrai les recommandations spécifiques et tout ira bien.

_________________
La drague c'est comme le cortisol : il en faut pour vivre mais on s'en habitue et quand y en a trop ça tourne mal.

t
ransitionner c'est s'abandonner à soi


Rapporter le message
Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com